Partage de vaccins: Joe Biden ne respectera sans doute pas son engagement

WASHINGTON — Le président américain Joe Biden ne respectera sans doute pas son engagement d’expédier 80 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 à l’étranger d’ici la fin juin en raison d’obstacles réglementaires, entre autres, ont déclaré des responsables alors qu’ils annonçaient lundi de nouveaux plans pour partager les doses dans le monde.

La Maison-Blanche a annoncé les allocations finales pour les doses, soit 60 millions de vaccins destinés à l’alliance mondiale de partage de vaccins COVAX et 20 autres dirigés vers des partenaires spécifiques. Mais moins de 10 millions de doses ont été expédiées dans le monde, dont 2,5 millions qui ont été livrées à Taïwan au cours du week-end, et environ 1 million qui ont été expédiées au Mexique, au Canada et en Corée du Sud au début du mois.

Les responsables ont déclaré que bien que les doses produites aux États-Unis soient prêtes, les livraisons ont été retardées en raison des exigences légales, logistiques et réglementaires des États-Unis et des destinataires. Un responsable de la Maison-Blanche a indiqué que les vaccins  partiraient dès que les pays seraient prêts à recevoir les doses et que l’administration réglait les complexités logistiques.

Les doses excédentaires ne sont pas nécessaires aux États-Unis, où la demande vaccinale a chuté ces dernières semaines, alors que plus de 177 millions d’Américains ont reçu au moins une injection.

Le 17 mai, M. Biden a annoncé qu’«au cours des six prochaines semaines, les États-Unis d’Amérique enverront 80 millions de doses à l’étranger. Ce sera plus de vaccins qu’aucun pays n’en a partagé à ce jour — cinq fois plus que tout autre pays — plus que la Russie et la Chine, qui ont fait don de 15 millions de doses.»

Plus tôt ce mois-ci, M. Biden avait annoncé qu’en plus des 80 millions de doses envoyées, les États-Unis allaient acheter 500 millions de doses à Pfizer pour faire un don dans le monde au cours de l’année à venir, les premières livraisons étant attendues en août.

M. Biden s’était initialement engagé à fournir aux autres pays les 60 millions de doses produites aux États-Unis du vaccin d’AstraZeneca, dont l’utilisation n’a pas encore été autorisée en sol américain, mais qui est largement approuvé dans le monde. Les doses d’AstraZeneca ont été suspendues à l’exportation à la suite d’un examen de sécurité d’une semaine par la Food and Drug Administration.

Compte tenu de la baisse de la demande intérieure, M. Biden devrait être en mesure de respecter l’intégralité de l’engagement de 80 millions sans les doses d’AstraZeneca. La Maison-Blanche a dévoilé plus tôt ce mois-ci des plans pour 25 millions de doses à exporter à partir des stocks fédéraux existants de vaccins de Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson, et certaines ont déjà commencé à être expédiées.

Lundi, il a révélé des plans pour 55 millions de doses supplémentaires.

Grâce à COVAX, le dernier lot de doses en comprendra environ 14 millions pour l’Amérique latine et les Caraïbes, dont le Brésil, l’Argentine, la Colombie, le Pérou, l’Équateur, le Paraguay, la Bolivie, l’Uruguay, le Guatemala, El Salvador, le Honduras, Haïti, la République dominicaine, le Panama et Costa Rica; environ 16 millions seront envoyées vers l’Asie pour l’Inde, le Népal, le Bangladesh, le Pakistan, le Sri Lanka, l’Afghanistan, les Maldives, le Bhoutan, les Philippines, le Vietnam, l’Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie, le Laos, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Taïwan, le Cambodge et les îles du Pacifique; et environ 10 millions se rendront en Afrique, pour des pays sélectionnés de concert avec l’Union africaine.

Environ 14 millions de doses seront partagées directement avec la Colombie, l’Argentine, Haïti, la République dominicaine, le Costa Rica, le Panama, l’Afghanistan, le Bangladesh, le Pakistan, les Philippines, le Vietnam, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya, le Ghana, le Cabo Verde, l’Égypte, la Jordanie, l’Irak, le Yémen, la Tunisie, Oman, la Cisjordanie et Gaza, l’Ukraine, le Kosovo, la Géorgie, la Moldavie et la Bosnie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.