Partisanerie pro-CAQ: Le MRI rappelle à l’ordre les employés des délégations

QUÉBEC — Un bref gazouillis sur Twitter, au contenu ouvertement partisan, a plongé le ministère des Relations internationales (MRI) dans l’embarras, dimanche, au point d’entraîner un rappel à l’ordre adressé à l’ensemble du corps diplomatique québécois.

Le message, en provenance d’une employée de la Délégation générale du Québec à New York, proche du premier ministre François Legault, visait à exhorter le lecteur à appuyer la Coalition avenir Québec (CAQ), un conseil peu diplomatique.

La sous-ministre des Relations internationales, Sylvie Barcelo, a choisi de rappeler à l’ordre par écrit tous les employés des délégations du Québec à l’étranger, après avoir pris connaissance du geste partisan commis par l’ex-attachée de presse du premier ministre François Legault.

Devenue récemment conseillère aux projets spéciaux à la Délégation générale du Québec à New York, Valérie Noël-Létourneau, qui était auparavant au cabinet du premier ministre Legault, a publié un message sur Twitter dimanche visant à conseiller aux électeurs de Jean-Talon de voter pour la CAQ le 2 décembre, lors de l’élection complémentaire.

Dimanche, la Coalition avenir Québec (CAQ) annonçait le nom de sa candidate dans Jean-Talon, Joëlle Boutin. Sur Twitter, Mme Noël-Létourneau a jugé que les gens de Jean-Talon étaient privilégiés «d’avoir une candidate comme elle», avant de conclure «le 2 décembre, votez @joelleboutin#joelleboutinCAQ».

Dans son message, Mme Barcelo rappelle au personnel diplomatique québécois ses «obligations de neutralité politique et de réserve».

Elle observe que les employés des délégations sont «porteurs de l’action du Québec et garants de l’image du gouvernement à l’étranger».

De ce fait, ils doivent exercer leurs fonctions «de manière éthique et intègre», écrit la sous-ministre.

Mme Noël-Létourneau a été contactée personnellement pour retirer son message Twitter et être invitée à ne plus recommencer.

Interpellé mardi en mêlée de presse, son ancien patron a convenu que la gazouillis était «une erreur».

«Quand on devient employé du gouvernement, on ne devrait pas s’afficher avec un parti politique», a dit le premier ministre.

Malgré cela, M. Legault a soutenu que le choix de son ancienne attachée de presse pour occuper un poste à la délégation de New York ne pouvait pas être assimilé à une nomination partisane.

Mme Noël-Létourneau a été nommée par la déléguée générale, Catherine Loubier, elle-même l’ancienne directrice adjointe du cabinet de M. Legault.

Dans ce cas-là, également, M. Legault a toujours soutenu qu’il ne s’agissait pas d’une nomination partisane.

Dans l’opposition et au pouvoir, M. Legault s’est maintes fois engagé à se tenir loin de toute nomination partisane visant à favoriser «les petits amis» du pouvoir.

La ministre des Relations internationales, Nadine Girault, a estimé elle aussi que Mme Noël-Létourneau n’avait pas fait l’objet d’une nomination partisane, tout en reconnaissant le geste partisan.

«On a discuté avec elle. Ça ne se reproduira pas», a-t-elle dit mardi, en mêlée de presse.

D’un avis différent, le chef de l’opposition officielle, Pierre Arcand, a dénoncé «le double discours» de M. Legault.

«Ce que M. Legault dit et fait ne semble pas coïncider», selon lui.

Il est persuadé que si on inversait les rôles, la CAQ dénoncerait la situation actuelle.

«Si, il y a deux ans, on avait eu deux personnes du cabinet (Couillard) qui avaient été nommées à New York, je pense qu’on en aurait fait un plat de façon très importante», a-t-il commenté, en mêlée de presse.

Cette controverse survient alors que la ministre Nadine Girault s’est engagée de façon formelle à mettre un terme aux nominations partisanes dans le réseau des délégations du Québec à l’étranger.

Ce principe doit même être inscrit en toutes lettres dans la future politique internationale en préparation et attendue cet automne, dont un des objectifs doit être précisément de «dépolitiser» la diplomatie québécoise et de la rendre plus professionnelle, sous-entendu sans couleur partisane. 

Les plus populaires