Pas d’accusations criminelles en lien avec un accident d’autocar en Alberta

EDMONTON — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) annonce qu’aucune accusation criminelle ne sera portée en lien avec l’accident mortel impliquant un autocar touristique tout-terrain en Alberta, il y a plus de deux ans.

Trois personnes ont été tuées et 14 autres ont subi des blessures graves après que l’autocar adapté pour les expéditions touristiques sur les glaces a perdu le contrôle sur la route du glacier Athabasca, à une centaine de kilomètres au sud-est de Jasper, en Alberta, le 18 juillet 2020.

Le véhicule, avec 27 personnes à bord, a glissé en faisant des tonneaux sur une cinquantaine de mètres, avant de s’immobiliser sur son toit.

La GRC a terminé son enquête en avril et a ensuite transmis ses conclusions au bureau du procureur de la Couronne de l’Alberta pour analyse.

«Nous les avons consultés et, finalement, il a été décidé qu’il n’y avait tout simplement aucune raison de porter des accusations criminelles dans cette affaire», a déclaré vendredi le caporal Troy Savinkoff, en entrevue à La Presse Canadienne.

M. Savinkoff a expliqué que les enquêteurs avaient examiné les lieux de l’accident avec un analyste spécialiste en collisions, qu’ils avaient saisi l’«Ice Explorer» impliqué dans l’accident et qu’ils étaient restés en contact avec la division de la santé et sécurité du travail de l’Alberta, le ministère du Travail et d’autres organismes de réglementation.

Deux poursuites civiles ont par ailleurs été déposées au nom de personnes qui prenaient place dans l’autocar lors de l’accident.

L’entreprise qui organisait les voyages «Icefield», Brewster, a aussi été accusée en mai de huit chefs en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail de l’Alberta. Les accusations concernaient l’utilisation et l’entretien des ceintures de sécurité, la gestion des risques et la garantie que l’équipement était en bon état de fonctionnement.

Le caporal Savinkoff a précisé que la police était au courant de ces accusations provinciales, mais que le seuil de responsabilité criminelle est plus élevé. L’enquête criminelle était indépendante, distincte et parallèle à l’enquête sur la santé et la sécurité du travail, a-t-il ajouté.

Le voyagiste satisfait 

La GRC et les services d’aide aux victimes ont contacté les membres des familles et les personnes blessées dans l’accident pour les mettre au courant de cette nouvelle, a mentionné le caporal Savinkoff.

«C’est un incident malheureux et extrêmement tragique, donc oui, il y aura des membres des familles et d’autres personnes qui pourraient être bouleversés» en apprenant qu’il n’y aura pas d’accusations criminelles, a reconnu M. Savinkoff.

«Mais au bout du compte, il s’agit d’une enquête complexe. Est-ce qu’il y a quelque chose d’illégal qui a été commis et qui justifiait des accusations criminelles? Nous avons consulté des experts et nos enquêteurs pour en venir à la conclusion que rien ne répondait à ces critères.»

Un responsable de Pursuit, le voyagiste qui vendait les visites, a salué la décision de ne pas porter d’accusations criminelles. 

«Depuis le début, nous avons activement soutenu une enquête transparente, impliquant toutes les agences, sur la cause de cet accident tragique, a écrit dans un courriel Tanya Otis, directrice des communications de la société.

«À la suite d’un examen multidisciplinaire approfondi, nous avons mis en place des mesures supplémentaires à nos programmes de sécurité et de formation qui respectent et dépassent les meilleures pratiques de l’industrie.»

Les visites du «Icefield» ont repris l’année dernière. L’exploitant a déclaré que des ceintures de sécurité avaient été ajoutées dans les autocars, et que des modifications avaient été apportées à la formation des chauffeurs et à l’entretien des routes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.