Pas d’assouplissement pour Toronto, sa banlieue de Peel et North Bay, en Ontario

TORONTO — Les citoyens devront «rester chez eux» au moins deux semaines de plus à Toronto et dans sa banlieue de Peel, ainsi qu’à North Bay, dans le nord-est de l’Ontario.

La décision du gouvernement fait suite aux appels des autorités de Toronto et de Peel à maintenir en place des mesures strictes pour éviter davantage de cas et de décès. Ces mesures auraient pu être assouplies dans ces régions la semaine prochaine, mais le gouvernement a finalement décidé vendredi de jouer de prudence.  

«Ce sont des décisions difficiles, mais nécessaires afin de nous protéger des variants de la COVID-19 et de maintenir les progrès que nous avons réalisés tous ensemble», a expliqué la ministre de la Santé, Christine Elliott, dans un communiqué. Le gouvernement a déclaré que le nombre de cas était encore trop élevé à Toronto et à Peel, et que les variants se répandaient dans la région de North Bay.

Par contre, la banlieue torontoise de York ne sera plus sous le coup du décret ordonnant de rester à domicile la semaine prochaine, alors qu’elle passera en «zone rouge» — la deuxième plus stricte. Cela signifie la réouverture des commerces non essentiels, des restaurants et des centres de conditionnement physique, en respectant certaines mesures sanitaires. 

Toute la province était soumise à l’ordonnance de «rester chez soi» et aux mesures les plus strictes jusqu’à ce que le gouvernement commence à assouplir progressivement les restrictions dans certaines régions, la semaine dernière. La majorité de la province est revenue au système de couleurs plus tôt cette semaine, sauf Toronto, Peel et North Bay, qui demeurent sous le régime le plus strict, au moins jusqu’au 9 mars. 

Le gouvernement a également annoncé vendredi que la région sanitaire de Lambton passait de l’orange au rouge, en raison de la détérioration des bilans dans la région.

Le gouvernement de Doug Ford a poursuivi sa «réouverture économique» malgré les avertissements selon lesquels il pourrait déclencher une troisième vague. Les cas ont diminué en Ontario, mais les projections montrent que des variants plus contagieux deviendront bientôt dominants et pourraient conduire à une augmentation spectaculaire des infections.

Le plan de réouverture du gouvernement prévoit un «frein d’urgence», qui lui permettrait de reconfiner rapidement une région si les cas devaient augmenter.

On signalait vendredi en Ontario 1150 nouveaux cas de COVID-19 et 47 autres décès dus au virus.

Le ministre du Travail, Monte McNaughton, a aussi annoncé vendredi que le gouvernement enverra des inspecteurs visiter les petites entreprises qui rouvriront ce mois-ci dans le but d’améliorer leur conformité aux consignes sanitaires. Il a précisé que les premières visites porteraient sur l’éducation, mais les inspecteurs adopteront ensuite une «approche plus ferme».

M. McNaughton a rappelé que les petites entreprises avaient été les plus touchées par la pandémie, mais que plusieurs d’entre elles n’ont pas les ressources nécessaires pour s’adapter rapidement aux nouveaux protocoles de sécurité.

L’initiative, qui commencera la semaine prochaine, vise les commerces de détail, les centres de conditionnement physique et les services de soins personnels dans des régions qui rouvrent en zones grise, rouge et orange.

Laisser un commentaire