Pas de raison de craindre une pénurie alimentaire à Terre-Neuve, dit Dwight Ball

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador assure que l’approvisionnement de la province en produits alimentaires n’est pas menacé après qu’une grande compagnie maritime eut laissé entendre que les expéditions pourraient être réduites en raison de la pandémie.

Sid Hynes, président de la compagnie maritime Oceanex, a déclaré lundi à CBC que les livraisons hebdomadaires de nourriture et d’autres fournitures à Saint-Jean pourraient être affectées en l’absence d’une subvention fédérale pour couvrir les pertes de son entreprise.

Il a affirmé qu’Oceanex avait un manque d’environ 2 millions $ relativement à ses coûts d’exploitation hebdomadaires en raison de la pandémie.

Le premier ministre Dwight Ball a déclaré, mardi, que son gouvernement avait obtenu la confirmation que les entreprises de camionnage et la société d’État Marine Atlantique pouvaient rehausser leur capacité de transport en cas de besoin.

Il a ajouté que les Terre-Neuviens n’ont pas à s’inquiéter et il les invite à ne pas se précipiter dans les commerces pour vider les tablettes en stockant de grandes quantités de denrées.

«Faites vos emplettes une fois par semaine, acheter l’essentiel, a-t-il mentionné. La sécurité alimentaire va être maintenue à Terre-Neuve-et-Labrador.»

Dwight Ball souligne avoir communiqué avec le député fédéral de St. John’s-Sud—Mount Pearl et ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, afin de trouver une solution aux difficultés rencontrées par Oceanex. Un enjeu qu’il qualifie de «trop critique pour l’ignorer».

Un porte-parole de Marine Atlantique a réagi par écrit, mardi, confirmant que deux de ses quatre traversiers sont toujours en fonction pour répondre à la demande, mais qu’ils ne sont remplis qu’à la moitié de leur capacité.

«Marine Atlantique s’engage à répondre aux besoins de ses clients et à maintenir son service essentiel de transport par traversier vers la province de Terre-Neuve-et-Labrador», peut-on lire dans la déclaration.

«Dans le cas où la demande devait augmenter et qu’une plus grande capacité de transport est requise, Marine Atlantique est en mesure d’ajouter des traverses supplémentaires à son horaire en utilisant les deux navires actuellement à quai.»

Le ministre provincial des pêcheries et des ressources naturelles, Gerry Byrne, a tenu à mentionner que la province apprécie grandement le service d’approvisionnement que fournit Oceanex. Il a cependant indiqué qu’aucun indice ne laisse croire qu’une réduction de la fréquence de livraison de l’entreprise mènerait à une pénurie de denrées.

«C’est très prématuré et en quelque sorte dangereux de faire de telles déclarations sans preuves ou sans faits», a reproché le ministre Byrne en entretien téléphonique.

Il a renchéri en indiquant que Marine Atlantique est déjà le principal transporteur de produits périssables comme des aliments et des médicaments. De plus, le gouvernement fédéral a assuré qu’il n’y aurait pas de pénurie alimentaire.

Sur Twitter, le ministre provincial de la Justice, Andrew Parsons, a fait valoir que la situation n’était pas aussi grave que ce qui avait été avancé, et qu’il n’y avait pas lieu de thésauriser ou de paniquer.

Le chef progressiste-conservateur Ches Crosbie, qui dirige l’opposition officielle, a soutenu que les gouvernements fédéral et provincial devraient détailler leurs plans pour garantir le maintien d’une chaîne d’approvisionnement alimentaire appropriée sur l’île.

Les plus populaires