Pas question de s’excuser pour une «organisation terroriste», dit Richard Martel

OTTAWA — Le lieutenant québécois du Parti conservateur ne croit pas que des excuses sont nécessaires pour les personnes arrêtées et perquisitionnées de façon arbitraire pendant la Crise d’octobre.

Richard Martel dit qu’il se souvient d’avoir suivi le déroulement des événements à la télévision, alors qu’il était «assez jeune».

«C’était une situation extrêmement difficile. D’abord, il y a un ministre qui a été tué, le ministre Pierre Laporte, et justement, je profite de l’occasion parce que mes pensées sont avec la famille  aujourd’hui. Pis il y avait des bombes qui éclataient partout, il fallait réagir», a-t-il déclaré à la sortie d’une rencontre du caucus de son parti, mercredi midi.

«Malheureusement, il y a eu des arrestations, c’est certain, mais (le Front de libération du Québec) était une organisation terroriste à ce moment-là, je peux vous dire que c’était une première et on ne savait pas tout à fait comment réagir, mais il fallait réagir», a ajouté M. Martel.

Dans la dernière semaine, l’Assemblée nationale a présenté deux motions pour tenter d’obtenir des excuses officielles pour les milliers de personnes qui ont été affectées par la Loi sur les mesures de guerre imposée par Ottawa, à la demande du gouvernement du Québec.

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas voulu y donner suite. Encore mercredi matin, en entrevue à ICI Radio-Canada Première, il s’est dit peu préoccupé par «des événements d’il y a 50 ans».

Là-dessus, l’élu conservateur est d’accord.

«Bien, moi, je les présente pas, mes excuses», a lancé M. Martel.

Le chef du Bloc québécois, de son côté, s’explique mal pourquoi M. Trudeau refuse de s’excuser.

«Je trouve ça extrêmement délicat, parce que M. Trudeau est devenu une très prodigale usine à excuses et autres larmoiements, sauf lorsqu’il s’agit de présenter des excuses à qui que ce soit qui aurait quelque chose de francophone», a affirmé Yves-François Blanchet, citant également la déportation des Acadiens d’il y a plus de 250 ans.

Laisser un commentaire

M Martel a la morale élastique lui aussi quand vient le temps de défendre les ¨victimes innocentes ¨ qui ne font pas partie d’une minorité ethnique.
Pour faire une comparaison (qui est toujours boiteuse par définition), disons qu’un gang de motards criminels sévit dans son quartier et que la police et l’armée débarquent dans les maisons de ce quartier pour arrêter toute personne soupçonnée ou possiblement associée à ces criminels par voisinage, proximité. Les forces de l’ordre embarquent tout ce beau monde sans accusations ni preuves… juste parce qu’il côtoie le gang criminel sans même le savoir. Si M.Martel faisait partie de ces gens innocents arrêtés, je ne suis pas certain qu’il dirait la même chose.
Je suis de ces Québécois qui en ont ras le bol de toujours passer pour les gros méchants blancs dominants, colonialistes, esclavagistes, racistes et tous ces ¨istes¨ dont plus personne n’en comprend le sens profond.
Sans oublier que cette razzia a été ordonnée par un Montréalais ¨de souche¨ qui a vendu son propre peuple pour un ¨plat de lentilles¨ (figure de style pour ceux qui ne comprennent pas) qu’on appelle ¨La Constitution¨.

Répondre
Les plus populaires