Passage tranquille pour les chefs des partis à Tout le monde en parle

MONTRÉAL — Si certains ont estimé que l’environnement avait été relégué aux oubliettes pendant la campagne électorale, ce thème a néanmoins occupé une place considérable au cours du passage des chefs des principaux partis sur le plateau de l’émission «Tout le monde en parle» diffusée dimanche.

Les chefs, placés côte à côte, ont chacun leur tour répondu aux questions de l’animateur Guy A. Lepage, évitant les échanges cacophoniques, comme cela a été le cas parfois pendant les débats télévisés. De la santé, en passant par l’éducation et les transports collectifs, les échanges n’ont toutefois pas donné lieu à des accrochages corsés ou des critiques virulentes.

En abordant le thème de l’environnement, l’animateur Guy A. Lepage a notamment interpellé les chefs du Parti libéral du Québec (PLQ) Philippe Couillard et de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault en leur demandant pourquoi leurs plateformes respectives contenaient peu d’engagements fermes.

Rapidement, le leader libéral a rappelé les initiatives déployées par son gouvernement au cours du dernier mandat, ajoutant que d’importantes ressources financières avaient été déployées.

«Nous croyons aux changements climatiques, on croit à la tarification du carbone, a dit M. Couillard. On met l’argent que cela nous rapporte dans un Fonds vert qui est utilisé pour les transports collectifs et l’électrification.»

Le chef caquiste s’est ensuite retrouvé sous les projecteurs lorsqu’on lui a rappelé son engagement à élargir l’autoroute 30 et son ouverture à l’exploration et l’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti.

«Êtes-vous le candidat du pétrole?», lui a lancé l’animateur.

M. Legault a répondu par la négative, soulignant au passage que la province consommait annuellement pour environ 10 milliards $ de pétrole par année.

«S’il y avait un projet qui respecte l’environnement, incluant l’eau, qui a une acceptabilité sociale, nous pourrions être ouverts, a répondu le chef de la CAQ. Je ne veux pas être dogmatique.»

Pour sa part, le chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée a vanté certaines des mesures de la plateforme de son parti, alors que la co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, a affirmé qu’il fallait prendre des mesures encore plus draconiennes afin de donner un «coup de barre nécessaire» afin d’avoir un «impact réel sur les changements climatiques.»

Signe que l’immigration a monopolisé une grande partie du marathon électoral, la proposition caquiste d’imposer un test de valeur et de français aux nouveaux arrivants, ce qui pourrait se traduire par des expulsions, a été abordée dès le début du premier segment mettant à l’affiche les quatre chefs.

M. Legault, qui a tempéré ses propos pendant la campagne, affirmant que ces nouveaux arrivants auraient plus qu’une occasion de passer ce test en plus de balayer vers Ottawa la responsabilité des expulsions, s’est défendu de s’être mis «le pied dans la bouche».

«Nous allons nous assurer qu’ils connaissent la Charte des droits des libertés et de l’égalité entre les hommes et les femmes, a-t-il répondu. Ce que je veux, c’est qu’il y en ait plus et qu’ils soient mieux intégrés.»

Pendant la campagne, M. Couillard a sévèrement critiqué la CAQ et le PLQ, qui ont proposé d’abaisser respectivement à 40 000 et entre 35 et 40 000 le nombre de nouveaux arrivants dans la province.

M. Lisée s’est expliqué en disant qu’il refusait de faire de la «numérologie politique», ajoutant qu’il propose de demander des recommandations à la vérificatrice générale.

«Un gouvernement du PQ prendra la décision, a lancé le chef péquiste. De vous dire quel chiffre est le bon dans deux ans, cela n’est pas sérieux.»

Un accrochage est toutefois survenu lorsque M. Lisée s’en est pris à la promesse de la CAQ d’abaisser la taxe scolaire de 1,3 milliard $ tout en voulant récupérer 1,2 milliard $ par l’entremise d’économies dans l’appareil public après les compressions déjà effectuées par le gouvernement Couillard.

«Le plus grave danger pour l’éducation, c’est si M. Legault est élu premier ministre, a-t-il clamé. Cela va « scrapper » les centres de la petite enfance (et) abolir les commissions scolaires alors qu’on en a besoin pour accélérer la rénovation des écoles.»

Sur ce point, le chef caquiste a rétorqué en affirmant que le cadre financier péquiste ne prévoyait pas d’économies dans l’appareil public, ajoutant qu’il était possible de «gérer de façon plus serrée».

Avant de quitter le plateau, les chefs ont chacun reçu une carte qui devait complimenter un autre rival. M. Legault a toutefois été le seul à ne pas jouer le jeu, modifiant le texte qu’il devait lire et qui était destiné à son rival libéral.

Les plus populaires