Passeports: pas de dédommagements pour les voyages tombés à l’eau, dit Karina Gould

OTTAWA — La ministre responsable de gérer le dossier des imposants délais de traitement de demandes de passeports, Karina Gould, ferme la porte à des dédommagements pour les voyageurs forcés d’annuler leurs plans.

«Non», a-t-elle répondu mercredi en mêlée de presse lorsqu’elle a été appelée à dire si cela devrait être considéré.

«C’est clair sur le site web que nous recommandons d’avoir un passeport (à jour) avant de faire un voyage, alors les délais de passeports ne sont pas une raison pour un (dédommagement) du gouvernement du Canada», a ajouté celle qui est ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

Une page internet du fédéral indique que les demandes présentées dans un bureau de Passeport Canada peuvent prendre jusqu’à deux semaines à être traitées et que celles faites dans un bureau de Service Canada peuvent prendre jusqu’à neuf semaines, sans compter le délai postal.

La ministre Gould a par ailleurs réitéré qu’elle espère pouvoir bientôt compter sur l’arrivée en renfort d’«environ 200» employés en provenance de l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Des discussions sont aussi en cours avec le ministère de l’Immigration, qui a déjà envoyé «des douzaines» de personnes, et Affaires mondiales Canada. Plus encore, «il y eu un appel lancé aujourd’hui dans tout le service fédéral», a-t-elle fait savoir.

L’idée est que ces personnes appelées puissent prêter main-forte après une formation beaucoup plus courte que celle de 15 semaines que doivent suivre les agents de passeport chargés de faire des vérifications poussées, a-t-elle précisé.

«Nous sommes en train d’avoir d’autres stratégies pour faire des formations pour les autres éléments de traitement de passeports pour s’assurer que ces gens-là pourraient travailler sur d’autres étapes dans le processus afin de le faire, justement, plus efficacement.»

Questionnée sur le temps d’apprentissage à prévoir, la ministre Gould est restée vague. «Pour quelques-uns, ça va être des heures parce qu’ils vont être à former sur différents points d’intervention sur les passeports (et) pour d’autres, ça pourrait être une semaine parce que peut-être qu’ils (interviendraient) à d’autres étapes», a-t-elle offert en guise de réponse.

Système de rendez-vous

À Montréal, de nombreux Québécois ont passé la nuit de mardi à mercredi dehors, près des portes d’entrée de bureaux de Service Canada dans l’espoir de pouvoir obtenir le plus rapidement possible le précieux document afin de pouvoir voyager.

Des images diffusées à la télévision ont notamment montré des centaines de personnes rassemblées devant le Complexe Guy-Favreau, au centre-ville de la métropole, et plusieurs dizaines d’autres à un centre de Service Canada de Laval.

Un nouveau système d’obtention de rendez-vous avec la distribution de billets indiquant aux gens à quelle heure se représenter a semblé connaître des ratés. Selon ce qu’ont rapporté plusieurs médias, bien des personnes ont dû repartir bredouilles.

À ce sujet la ministre Gould a dit faire le suivi. «C’est le premier jour que cette nouvelle politique en en place alors on va réajuster», a-t-elle soutenu.

Elle a dit avoir obtenu l’assurance de la directrice régionale de Service Canada pour le Québec que la directive respectée est que chaque personne faisant la file reçoit l’information nécessaire.

«Ce que je comprends de la conversation que j’ai eue (…) c’est que les gens qui ont un voyage urgent dans les prochaines 24 heures se font donner la priorité (et) que les gens qui voyagent dans les prochaines 48 heures (reçoivent) un billet pour le lendemain», a-t-elle poursuivi en précisant que les autres dont le voyage est plus tard reçoivent aussi des informations.

Les conservateurs et bloquistes n’ont pas manqué de mots pour critiquer vertement ce système.

«La solution (de la ministre) c’est‘’On va faire une autre ligne avec des numéros pour vous éviter d’avoir à attendre en ligne pour un passeport. Attendez un numéro, pas un passeport ». C’est quoi la logique là-dedans? Quand est-ce qu’ils vont se réveiller et faire de vraies choses?» a lancé le chef adjoint de l’opposition officielle, Luc Berthold.

Le leader bloquiste, Yves-François Blanchet, a affirmé que la situation «prend des airs de crise nationale», faisant écho aux commentaires des conservateurs de la veille.

«La solution des billets numérotés n’a pas amélioré le chaos. Elle l’a empiré», a-t-il tranché.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a pour sa part commenté que l’afflux de la demande était prévisible et que les libéraux auraient dû se préparer en conséquence. «C’est vraiment un échec au niveau fédéral (…). Ce que le gouvernement aurait dû faire, c’est de prévoir ce problème et embaucher les ressources nécessaires.»

La ministre Gould a convenu qu’Ottawa n’avait pas prévu certains éléments de la hausse fulgurante de la demande, comme le fait que, selon ses dires, 85 % des requêtes proviennent de personnes n’ayant jamais eu de passeport canadien auparavant. Ces dossiers sont plus complexes et requièrent des vérifications plus poussées que de simples renouvellements de passeport, a-t-elle fait valoir.

Jusqu’à présent, 600 embauches ont été faites à Service Canada et 600 autres sont à venir.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.