Patricia Lattanzio nommée candidate libérale dans Saint-Léonard-Saint-Michel

Le Parti libéral du Canada (PLC) a discrètement nommé la conseillère municipale Patricia Lattanzio pour remplacer l’ex-imam Hassan Guillet dans la circonscription de Saint-Léonard-Saint-Michel aux prochaines élections.

Mme Lattanzio, qui représente le district de Saint-Léonard-Est depuis 2015, était arrivée deuxième lors de la course à l’investiture libérale en mai dernier.

Le parti a annoncé la nouvelle sur Twitter, dimanche après-midi, puis a ajouté sa photo sur le site web des candidats de 2019 lundi.

La nomination de Mme Lattanzio survient quelques jours après que le PLC eut révoqué la candidature de M. Guillet. Le groupe B’nai Brith l’accusait d’avoir fait des déclarations «troublantes, antisémites et anti-israéliennes» sur les médias sociaux par le passé.

M. Guillet s’est depuis défendu d’être «antisémite» et estime qu’il a été «trahi» par les troupes de Justin Trudeau qui étaient bien au fait de ses publications passées, dit-il.

Joint par La Presse canadienne, lundi, M. Guillet s’est désolé que le PLC lui ait perdre son temps. Il prétend que Mme Lattanzio a été «imposée» dans Saint-Léonard-Saint-Michel après son éjection. «Je n’ai pas d’objection à ce qu’un parti impose un candidat. Mais au moins, qu’ils le disent, qu’ils soient transparents», a-t-il déploré.

Depuis un mois, le PLC a activé une clause d’«urgence électorale» qui permet au parti de désigner des candidats sans processus d’investiture afin de combler les candidatures manquantes à travers le pays.

C’est ainsi que le parti a aussi annoncé la candidature d’Annie Koutrakis dans Vimy, à Laval, en même temps que celle de Mme Lattanzio. La députée sortante, Eva Nassif, aurait été «tassée» par le parti selon le président de son association de circonscription.

Les plus populaires