Patrick Brown sera candidat à sa réélection à la mairie de Brampton en octobre

MONTRÉAL — Quelques semaines après sa disqualification soudaine dans la course à la direction des conservateurs fédéraux, en raison d’allégations d’actes répréhensibles, Patrick Brown a annoncé lundi qu’il sera candidat à sa réélection à la mairie de Brampton, en Ontario, l’automne prochain.

M. Brown, qui est maire de cette municipalité de la banlieue ouest de Toronto depuis 2018, avait jusqu’ici déclaré qu’il envisagerait de se présenter à nouveau à la mairie de Brampton si sa candidature fédérale avait peu de chances de réussir. 

En conférence de presse lundi, devant l’hôtel de ville de Brampton, il a toutefois soutenu que sa décision ne devrait pas être vue comme un «plan B». Les élections municipales sont prévues le 24 octobre et les candidats doivent être inscrits d’ici mardi.

«Il a toujours été question de servir (les gens de) Brampton, a-t-il assuré lors d’une conférence de presse devant l’hôtel de ville. Ce que j’aurais pu faire pour Brampton au niveau national aurait évidemment été beaucoup plus important que ce que vous pouvez faire au niveau local.

«Mais je vais quand même parler (au nom des gens de Brampton) si nous sommes lésés sur le transport en commun, sur les infrastructures, comme nous l’avons été historiquement. Je parlerai fort et je serai entendu pour m’assurer que les résidants de cette ville ne sont jamais lésés.»

Plus tôt ce mois-ci, le Comité organisateur de l’élection du chef conservateur a annoncé que M. Brown était disqualifié en raison d’allégations liées à une apparente violation des règles de financement politique prévues par la Loi électorale du Canada. 

M. Brown a aussitôt nié ces allégations, et il l’a fait encore lundi. Il a également posé des gestes pour faire appel de la décision des instances du parti de le disqualifier de la course à la chefferie.

Enquêtes à Brampton

Le politicien ontarien doit aussi faire face à des problèmes à Brampton: une majorité de conseillers municipaux a récemment voté pour la tenue d’une série d’enquêtes. On s’interroge notamment sur la manière dont des contrats ont été accordés à des entreprises impliquées dans un effort pour amener dans cette municipalité de la banlieue ouest de Toronto une université qui offrirait un programme complet. 

Dans un rapport publié en mai dernier, le directeur général par intérim de la Ville a constaté que 629 000 $ étaient allés à quatre fournisseurs impliqués dans le projet d’université, mais le personnel n’a pas été en mesure de trouver le produit final pour cinq de ces «biens livrables» identifiés dans les dépenses.

Un groupe de cinq conseillers qui ont réclamé les audits soutient que la majeure partie de cette somme est allée à une entreprise qui employait un proche associé de M. Brown.

Le maire soutient que ces conseillers font partie d’un groupe d’opposants et que les deux factions au sein du conseil municipal étaient déjà en désaccord sur une controverse en cours à l’hôtel de ville. 

Lorsqu’on lui a demandé lundi s’il autoriserait la poursuite des enquêtes s’il était réélu, le maire Brown est demeuré évasif. 

Le conseiller municipal Jeff Bowman, qui fait partie du groupe qui a demandé des audits, a déclaré lundi qu’il n’était pas surpris de voir M. Brown détourner les questions sur les enquêtes.

«Il ne vous donnera pas de réponse directe, mais nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que toutes ces enquêtes se déroulent avant les élections, afin que les gens (…) aient toutes les informations en main sur les candidats et ce qu’ils représentent.»

Alors que M. Brown tourne maintenant son attention vers Brampton, «où s’est-il concentré depuis janvier, lorsqu’il a initialement prévu de prendre la direction» du Parti conservateur du Canada, demande M. Bowman. «C’est pourquoi nous avons maintenu que Brampton était sans direction claire depuis six mois.»

M. Brown avait démissionné de son poste de chef des progressistes-conservateurs de l’Ontario au début de 2018, au milieu d’allégations d’inconduite sexuelle, qu’il nie catégoriquement.

Il a ensuite tenté de se présenter à la présidence de la région de Peel, mais le premier ministre Doug Ford, son successeur à la tête des conservateurs, a éliminé le poste à l’été 2018, quelques mois seulement avant les élections municipales. M. Brown a alors immédiatement annoncé qu’il se présenterait plutôt à la mairie de Brampton.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.