Paul St-Pierre-Plamondon réclame un volet sur l’économie dans les débats

QUÉBEC — Un des aspirants dans la course à la direction du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre-Plamondon, réclame un volet économique dans un des deux débats qui restent à être tenus avant le vote des militants.

Au lendemain du premier débat qui a porté principalement sur la souveraineté, M. St-Pierre-Plamondon a voulu faire écho aux critiques qui ont émané à la suite de l’exercice. Lui-même a trouvé que le débat avait été «trop technique», avec des questions sur une éventuelle monnaie, sur l’adhésion aux traités ou alliances, etc.

Les deux autres débats, le 8 et le 22 septembre, porteront d’une part sur «l’équité et la justice», et d’autre part sur la «protection de l’environnement et le nationalisme». Donc il ne sera pas question d’économie.

«Une question d’argent»

«C’est une question d’argent, l’indépendance», a-t-il plaidé dans une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, jeudi.

«On est dans une situation économique précaire actuellement, il y a plusieurs dimensions économiques qui doivent être discutées si on veut une course crédible et proche des considérations des gens.»

Selon lui, il faut parler des impacts de l’indépendance sur les finances publiques, sur l’économie régionale et les échanges commerciaux internationaux du Québec.

Mais pourquoi les équipes des candidats n’ont pas demandé aux organisateurs d’ajouter l’économie à l’ordre du jour?

Les sujets ont été choisis par le parti sans avoir consulté les équipes et ils ne reflètent pas les orientations qu’auraient voulues les équipes, a fait savoir M. St-Pierre-Plamondon.

Ce faisant, «on empêche les membres de juger qui a le bagage et la crédibilité pour parler des questions économiques», a-t-il déploré.

«J’entends les critiques. Donnons de l’espace aux candidats pour qu’ils parlent de sujets qui préoccupent la population.»

Rappelons que M. St-Pierre-Plamondon a toujours mis en valeur son parcours économique. Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires.

«Chicane de haie de cèdres»

Les quatre candidats, le député Sylvain Gaudreault, l’humoriste Guy Nantel, l’historien Frédéric Bastien et M. St-Pierre-Plamondon, se sont affrontés mercredi soir au cours d’une joute dans un studio de Granby, sans partisans, en raison des règles sanitaires que requiert la pandémie. Le débat était diffusé par le web.

Revenant sur cet affrontement, M. St-Pierre-Plamondon a déploré un échange acrimonieux entre deux de ses adversaires, MM. Nantel et Gaudreault. Ces derniers ont croisé le fer sur la sincérité de leur engagement politique et leur détermination à réaliser l’indépendance.

«On aurait dit une chicane entre deux voisins à propos de la hauteur de leur haie de cèdres», a conclu M. St-Pierre-Plamondon.

Les membres pourront voter de façon virtuelle entre le 5 et le 9 octobre. Les résultats seront dévoilés au terme de la dernière journée de scrutin.

Laisser un commentaire
Les plus populaires