PCC: Baird ne sera pas candidat à la succession d’Andrew Scheer

OTTAWA — John Baird ne sera pas candidat à la succession d’Andrew Scheer à la tête du Parti conservateur.

L’ancien ministre du gouvernement Harper en a fait l’annonce, jeudi, par l’entremise de trois micromessages publiés sur Twitter.

S’il s’est dit reconnaissant de l’appui que lui ont promis au cours des dernières semaines bon nombre de militants conservateurs de partout au pays, il écrit qu’il veut se montrer clair dans ses intentions: il ne se lancera pas dans la course à la direction du parti.

«Quand j’ai quitté la vie politique après 20 ans, je me suis lancé dans une carrière satisfaisante dans le secteur privé. Je suis extrêmement heureux de ma vie menée après ma carrière politique et j’adore mon travail», écrit-il.

M. Baird compte regarder des lignes de côté une course à la direction qui sera «emballante», selon lui.

«Je demeure un fier militant conservateur et j’appuie de façon enthousiaste les politiques et les principes de notre parti», assure-t-il, avant d’ajouter en français: «Je vous remercie du fond du coeur.»

Son annonce vient mettre aux spéculations au sujet d’une éventuelle candidature. Celles-ci avaient commencé à circuler à la suite de l’annonce du député Pierre Poilievre et de l’ancienne chef intérimaire du parti, Rona Ambrose, de ne pas se lancer dans la course. Plusieurs conservateurs éminents, comme le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, souhaitaient vivement la candidature de M. Baird.

Lui-même avait reconnu dimanche qu’il songeait à devenir chef du Parti conservateur en se disant à l’écoute de ceux qui le sollicitaient et qu’il évaluait ses chances de gagner. Il avait alors ajouté qu’il voulait contribuer à l’élaboration d’un « véritable programme bleu » pouvant plaire à tous les électeurs du pays.

M. Baird devait présider la campagne de Pierre Poilievre, mais le refus du député de Carleton d’être candidat le rendait disponible.

La décision de John Baird de demeurer dans le secteur privé soulagera sans doute deux des trois autres candidats officiellement enregistrés: ses anciens collègues ministres Peter MacKay et Erin O’Toole. Ces deux hommes ont longtemps été perçus comme faisant partie de l’aile progressiste du parti, même si le second semble avoir adopté un langage plus droitier depuis l’annonce de sa candidature, le mois dernier.

Mercredi, l’équipe de l’avocate torontoise Leslyn Lewis avait indiqué que celle-ci avait été officiellement acceptée dans la course cette semaine, après avoir soumis sa demande, présenté les signatures requises et payé les frais exigés.

Plusieurs autres ont annoncé leur intention de satisfaire aux conditions d’inscription avant la date limite du 27 février.

Les plus populaires