Péladeau discute avec Bombardier, mais tous restent sur leur position

MONTRÉAL – À l’issue de sa rencontre avec la direction de Bombardier à Montréal, Pierre Karl Péladeau a dit souhaiter être parvenu à faire évoluer la réflexion de Bombardier quant à l’entente conclue avec le gouvernement du Québec. Mais l’entreprise, elle, a répété que l’entente avec Québec ne serait pas modifiée.

Après le chef caquiste François Legault vendredi, c’était au tour lundi du chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale de rencontrer la direction de Bombardier pour discuter de l’entente conclue entre la société et le gouvernement du Québec pour promouvoir le développement de la CSeries et finaliser le sort du centre d’entretien d’Aveos.

Et M. Péladeau est sorti de sa rencontre de plus d’une heure trente avec la direction de Bombardier en affirmant que sa position n’avait pas changé d’un iota et qu’il continuait de croire que l’entente avec Québec avait été mal négociée.

«Cette transaction-là n’est pas dans le meilleur intérêt des Québécois et des Québécoises, mais certainement dans l’intérêt de Bombardier», a conclu M. Péladeau. Il a parlé d’«amateurisme» de la part du gouvernement Couillard dans la négociation de cette entente avec Bombardier.

Son opposition à cette entente demeure, parce qu’il croit que Québec aurait dû investir dans la société-mère, où il y aurait eu moins de risques financiers, selon lui, et non dans une coentreprise vouée à la CSeries.

«J’ose espérer que la réflexion et le propos que j’ai tenu avec M. (Alain) Bellemare (président et chef de la direction de Bombardier) lui donneront à penser qu’il y a des éléments là-dedans pour faire évoluer sa réflexion», a opiné M. Péladeau.

Mais plus tard, John Paul MacDonald, vice-président principal aux ressources humaines et affaires publiques chez Bombardier, a réitéré que l’entente telle que négociée avec Québec satisfaisait l’entreprise et qu’elle ne serait pas rouverte.

«L’entente que nous avons conclue avec le gouvernement provincial, c’est la bonne entente. Le gouvernement du Québec investit dans la CSeries et c’est la CSeries qui représente l’avenir du Québec et l’avenir de Bombardier ici au Québec», a martelé M. MacDonald.

Invité à dire s’il était prêt à renégocier l’entente conclue avec Québec pour plaire à ceux qui la critiquent, le représentant de la direction de Bombardier s’est fait catégorique: «Il n’y a pas de renégociation à faire. Notre négociation était avec le gouvernement provincial et ça va rester comme ça.»

Québec a injecté 1 milliard $ US dans une coentreprise vouée au développement de la CSeries de Bombardier. Depuis l’annonce de cette entente, des voix se sont élevées pour critiquer le manque de garanties quant au maintien du siège social au Québec, d’un plancher d’emplois, ainsi que des garanties d’emploi aux 1800 ex-employés du centre d’entretien Aveos.