Petits aéroports: le ministre Garneau ne changera pas la loi

MONTRÉAL – Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, n’a pas l’intention de modifier la loi qui permet l’implantation de petits aéroports même quand les municipalités situées à proximité de ceux-ci s’y opposent.

Le ministre Garneau a été clair à ce sujet, vendredi, lorsqu’il a pris la parole devant l’Association québécoise du transport, à Montréal.

C’est le maire de Terrebonne, Stéphane Berthe, qui attend justement une décision du tribunal à ce sujet, qui a interrogé le ministre Garneau au microphone.

Le litige concerne l’implantation d’un aérodrome privé aux limites de Mascouche et Terrebonne, dans un contexte où les autorités municipales veulent protéger des milieux humides, cours d’eau et boisés sur certains lots.

Transports Canada, qui a compétence en la matière, a autorisé le développement de ce petit aéroport en novembre dernier.

«Est-ce que la loi est encore à jour en 2017 en faisant fi des consultations citoyennes, en faisant fi des BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement), en faisant fi de l’acceptabilité sociale, en faisant fi des villes? Je pose la question aujourd’hui pour savoir si la loi serait peut-être modifiée», a demandé le maire Berthe.

Le ministre Garneau a répondu au maire qu’il appartenait à Transports Canada d’en décider, en vertu de sa compétence exclusive en la matière, qu’il y avait eu consultation à sa propre demande et qu’il n’avait donc pas l’intention de modifier la loi à ce chapitre.

«Une consultation a été faite. Vous n’êtes pas d’accord avec le résultat. C’est moi qui ai exigé qu’une consultation soit faite. Elle a été faite et en ce moment, non, je n’anticipe pas faire de changement», a répliqué le ministre Garneau.

Les commentaires sont fermés.

Le ministre Garneau est resté dans l’espace, qu’il revienne sur terre, pour s’acheter une résidence près de l’aéroport de plaisance (Mascouche)
Acceptabilité sociale??? Wow

La ville de Mascouche a reçu en cadeau il y a plusieurs années les terrains de l’ancien aéroport pour 1$. Elle décide de fermer l’aéroport et de faire du cash $$$ en vendant les terrains. Elle a acceptée que les opérations aéroportuaires soit localisés ailleur. Maintenant qu’un projet raisonnable (comme prévu) est en marche elle fait marche arrière? Pourquoi ne pas avoir laissé l’ancien aéroport ouvert alors? La ville veut le beurre et l’argent du beurre. Voulez-vous un pilote lorsque vous partez pour Cuba? Le pilotage, ça ne commence pas à P.E.T. il faut commencer sur un petit aéroport.