Pétrole de l’Alberta: le chef conservateur Kenney menace la Colombie-Britannique

VANCOUVER — Jason Kenney affirme que si le Parti conservateur de l’Alberta qu’il dirige prend le pouvoir aux prochaines élections provinciales, la Colombie-Britannique voisine subira d’importantes représailles si elle empêche l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain.

Lundi, le chef de l’opposition a assuré qu’il cesserait d’émettre des permis de livraison d’hydrocarbures albertains par l’oléoduc actuel qui transporte chaque jour 300 000 barils de divers produits pétroliers vers la région de Vancouver.

Lors d’une rencontre avec la presse à Vancouver, Jason Kenney a demandé pourquoi le gouvernement néodémocrate de la Colombie-Britannique bénéficierait de livraisons de l’Alberta s’il n’est pas prêt à l’aider à exporter les hydrocarbures à l’étranger.

M. Kenney a aussi averti les automobilistes de la Colombie-Britannique que sans pétrole albertain, ils paieront leur essence à la pompe encore bien plus cher. 

Le chef conservateur albertain a reconnu que certaines sociétés pétrolières de sa province s’opposaient à sa menace de cesser les livraisons vers la province voisine, mais à son avis, l’Alberta doit prendre des mesures pour ramener à la raison le gouvernement de la Colombie-Britannique.