Peu importe le résultat de lundi, QS se réjouit d’avoir «secoué l’establishment»

MONTRÉAL — Peu importe le résultat des élections de lundi, Québec solidaire (QS) se réjouit d’avoir «secoué l’establishment» pendant la campagne électorale.

La porte-parole et candidate au poste de première ministre Manon Massé traçait le bilan de son parti, dimanche matin, à Montréal, dans la circonscription de Laurier-Dorion, un siège que QS espère ravir aux libéraux lundi.

Entourée de plusieurs candidats de la région, Mme Massé s’est dite fière de la campagne de son parti, qui selon elle, a réussi à «secouer l’establishment», donc les trois autres principaux partis.

Selon elle, le Parti libéral du Québec, la Coalition avenir Québec et le Parti québécois s’entendent sur le fait que le parti de gauche «est un danger pour la vieille classe politique».

En fin de campagne, Québec solidaire a été la cible de plusieurs attaques, venant notamment du chef péquiste Jean-François Lisée.

Le chef du PQ accusait les médias d’avoir donné une «partie gratuite» à Québec solidaire et a affirmé que certains des militants du partis étaient marxistes. En entrevue en anglais, Mme Massé avait confirmé que son parti était marxiste, avant de se raviser, évoquant sa mauvaise connaissance de la langue de Shakespeare.

Mme Massé a accusé ses adversaires de vouloir coller des étiquettes à son parti dans le but de «faire peur».

À la dissolution de l’Assemblée nationale, Québec solidaire détenait trois circonscriptions, toutes situées à Montréal. Le parti espère augmenter ses appuis dans la métropole, mais aussi faire des percées à Québec, Sherbrooke et Rouyn-Noranda.

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie