Le Parti libéral veut investir près de 3 milliards $ supplémentaires en éducation

SAINT-FÉLICIEN, Qc — Les libéraux s’engagent à ajouter près de 3 milliards $ au budget de l’éducation s’ils forment le prochain gouvernement.

Philippe Couillard en a fait l’annonce lundi matin dans une école de Saint-Félicien, dans sa circonscription de Roberval.

Le PLQ veut notamment ajouter une deuxième personne aux classes préscolaires et en première année du primaire pour donner un coup de pouce à l’enseignant, que ce soit un orthopédagogue, un deuxième enseignant, etc.

Également, les libéraux veulent implanter plus rapidement le cours d’anglais intensif en cinquième et sixième année.

Un éventuel gouvernement libéral s’engage aussi à investir plus d’argent, à accorder plus de soutien et de matériel, et à mettre en place un programme bonifié pour les enfants dans les services de garde.

Sur le plan administratif et politique, un gouvernement Couillard retirerait la responsabilité des services de garde au ministère de la Famille pour les confier au ministère de l’Éducation, pour assurer un continuum.

Le PLQ a enfin réitéré son engagement de rendre tous les services éducatifs pour les enfants de 4 ans gratuits, qu’ils soient à la maternelle 4 ans ou en service de garde.

Par ailleurs, le chef du PLQ a offert lundi matin une défense bien sentie de la performance du ministre sortant de la Santé, Gaétan Barrette, tout en admettant que la diplomatie n’est pas toujours au rendez-vous.

Lors d’une entrevue accordée à la station de radio Planète Radio Roberval, M. Couillard a affirmé que M. Barrette a amélioré tous les aspects du réseau de la santé, notamment l’attente à l’urgence et l’accès aux médecins de famille, même si tout n’est évidemment pas encore parfait.

Il a ensuite admis que M. Barrette peut parfois être «rough», mais au moins il livre la marchandise.

M. Couillard a également déclaré que l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien lui a appris à ne pas hésiter à souligner tout ce qu’il fait pour sa circonscription.

Comme il l’avait fait la veille, M. Couillard a répété lundi que plusieurs dossiers locaux auraient été relégués au milieu ou au bas de la pile, et seraient donc possiblement tombés dans l’oubli, s’il le député n’avait pas aussi été premier ministre.

M. Couillard a promis de porter plus d’attention aux petites municipalités s’il est réélu, en déclarant que la politique «c’est aussi des petites choses, et pas seulement de grands dossiers».