Photo d’un député nu: le bloquiste Sébastien Lemire présente ses excuses

OTTAWA — Un député du Bloc québécois s’est excusé d’avoir pris une photo d’un de ses collègues libéraux qui se changeait alors que sa caméra était ouverte par mégarde lors de la période des questions, la semaine dernière.

Sébastien Lemire, député d’Abitibi—Témiscamingue, est sorti de son mutisme une semaine après les faits. Il a pris la parole après la période des questions de mercredi. 

«Je tiens aujourd’hui à présenter mes excuses à la Chambre pour avoir enfreint le règlement en prenant une photographie d’un collègue lors de la période de questions du 14 avril dernier», a déclaré M. Lemire, présent en personne à la Chambre des communes. 

«J’ai tenu personnellement à lui présenter mes excuses. Mais je tiens néanmoins à le réitérer publiquement, à lui personnellement, à sa famille, aux collègues et à toute personne que j’ai pu offenser», a-t-il ajouté. 

M. Lemire a terminé sa courte déclaration en précisant qu’il n’a «aucune idée» comment la photo qu’il a prise s’est retrouvée dans les médias. 

Le Bloc québécois n’a pas voulu faire d’autres commentaires à ce sujet. 

Le leader du gouvernement, Pablo Rodriguez, avait demandé au président de la Chambre des communes d’enquêter sur la fuite de la photo où l’on voyait le député libéral de Pontiac, William Amos, nu devant la caméra, lors d’une séance virtuelle. 

M. Amos a toujours maintenu qu’il se changeait après son jogging. 

Le whip en chef du gouvernement, Mark Holland, a salué mercredi l’«honnêteté des excuses du député du Bloc québécois».

«J’accepte également son affirmation selon laquelle il n’a pas partagé cette photo avec les médias. Cependant, il s’agit d’un geste profondément décevant, que je compte sur le leadership du Bloc québécois pour régler. Cela ne conclut pas l’affaire, cela laisse de nombreuses questions sans réponse», peut-on lire dans une déclaration au nom du whip en chef du gouvernement.

«Comment cette image privée et non consensuelle est-elle passée du téléphone de M. Lemire aux médias avec une telle rapidité?», s’est demandé M. Holland.

Il a indiqué qu’il soulèverait cette question lors d’une réunion du Bureau de régie interne. 

«Ce qui s’est passé ici dépasse toutes les limites de l’action raisonnable et la partie responsable doit être tenue pour responsable», soutient-il.

M. Holland a souligné que de «prendre une photo des délibérations parlementaires qui ne sont pas publiques est une violation des règles et règlements de la Chambre des communes».  Il a poursuivi en disant que de «partager cette image est une autre infraction».  

«La personne qui a ensuite partagé cette photo avec les médias a potentiellement commis un acte criminel», ajoute-t-il. 

Le whip en chef du gouvernement en avait déjà appelé à la «coopération» des médias dans le cadre de l’enquête afin qu’ils divulguent qui leur avait partagé ces images provenant d’un flux vidéo privé accessible seulement par les collègues députés. 

Laisser un commentaire