Plan de vacances au Québec: il faudra peut-être accepter des compromis

MONTRÉAL — Il n’est peut-être pas trop tard pour planifier ses prochaines vacances au Québec, si on est flexible et prêt à faire quelques compromis.

De nombreuses familles demeureront au Québec pour une deuxième année de suite à l’occasion de leur prochain congé estival. Déjà, les carnets de réservation des hôtels se remplissent à toute vitesse et il faut parfois jouer du coude pour louer un véhicule. 

Trouver un chalet ou une unité de prêt à camper – une sorte de petite cabane sans toilette ni douche – sur les terrains de la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ), entre la Fête nationale et la mi-août ne sera pas chose facile, confirme le porte-parole Simon Boivin. 

Il est toutefois possible de faire une recherche en consultant les dates sur le calendrier du site web pour rapidement voir si les dates envisagées sont disponibles ou non, indique-t-il. 

Le camping représente «la part du lion» de l’offre restante, explique M. Boivin. Mais encore faut-il faire preuve de souplesse en ce qui a trait aux dates ou au choix de l’emplacement.  

«Il faut garder l’esprit ouvert pour des destinations qui pourraient peut-être susciter un coup de cœur», mais qui ne faisaient pas pour autant partie de notre premier choix, suggère-t-il. 

Il reste également quelques options dans la catégorie du «prêt à camper étoile», un mode de camping «archi populaire auprès des familles» puisque, comme son nom l’indique, il évite d’avoir à amener sa tente et sa batterie de cuisine. 

La formule offre un niveau de confort pour les familles, précise M. Boivin, tout en étant en pleine nature. 

Parcs nationaux

Les parcs nationaux ont connu un achalandage record l’été dernier avec une hausse de 14 %, confirme la SEPAQ. Et si la tendance se maintient, le scénario pourrait se répéter cette saison. 

Bien que les Québécois se soient rués à Charlevoix, en Gaspésie au Saguenay-Lac-Saint-Jean et ont même été plus nombreux à s’aventurer sur la Côte-Nord dans la Réserve faunique de Port‑Cartier–Sept‑Îles, notamment, les sites à proximité des milieux urbains ont été les plus fréquentés. 

Le Mont-Saint-Bruno est en tête de classement, suivi du parc d’Oka. Le Mont-Orford tient la troisième place du podium tandis que le Mont-Tremblant arrive en quatrième position et le Parc national de la Jacques-Cartier vient clore le palmarès. 

Où iront les Québécois cet été?

Du côté de Tourisme Québec, s’il y a eu une hausse d’achalandage sur son site web dès l’annonce du déconfinement, les visites ont bondi de plus de 68% durant les trois premières semaines de juin par rapport aux trois premières semaines de mai, confirme le porte-parole Jean-Manuel Téotonio par courriel.  

Il souligne par ailleurs que selon un récent sondage réalisé par le ministère du Tourisme, 83 % des répondants prévoient visiter le Québec à l’été 2021 et pour 70 % d’entre eux, ce sera leur voyage principal. 

Les escapades (d’un à sept jours) seraient plus populaires qu’avant la crise: 96 % des Québécois sondés prévoient en faire contre 87 % en 2019. 

Aussi, près d’un répondant sur deux (49 %) prévoit faire un séjour d’au moins une nuitée, et ce principalement au Québec. 

Les Ontariens se montrent également favorables à traverser la frontière pour visiter la Belle province, dans une proportion de 61 %, selon des données datant du mois d’avril. La «frontière» entre les deux province a d’ailleurs été rouverte, mercredi.

Sans surprise la Gaspésie trône au sommet des cinq régions les plus consultées sur le site internet de Tourisme Québec. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vient en deuxième place, suivi de Charlevoix, Québec et les Cantons-de-l’Est. 

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.