Plan pour une économie verte: l’électrification des transports au menu

MONTRÉAL — Québec a confirmé lundi les grandes lignes de son «plan vert» de 6,7 milliards $, sur cinq ans, dont la mesure phare est l’interruption des ventes de nouveaux véhicules à essence en 2035, dans le but de voir 1,5 million de véhicules électriques sur nos routes.

Le premier ministre François Legault a présenté lui-même ce plan, lundi à Montréal, en compagnie du ministre de l’Environnement, Benoît Charette.

Plusieurs mesures avaient déjà été annoncées lors du budget de mars 2020, présenté alors que la pandémie de coronavirus ne faisait que débuter. Mais 300 millions $ ont été ajoutés depuis à ces 6,4 milliards $ alors prévus, a souligné le ministre Charette.

Le premier ministre Legault a confirmé que son gouvernement avait rejeté l’idée d’imposer de nouvelles taxes ou tarifs ou de hausser des taxes actuelles, comme l’espéraient certains groupes écologistes. Il a dit préférer les mesures incitatives aux mesures punitives.

L’accent est mis sur les véhicules électriques, que Québec espère voir se multiplier sur nos routes, ce qui inclut les camions, les autobus scolaires et les autobus urbains. Le premier ministre souhaite d’ailleurs que ces camions soient aussi construits au Québec.

Laisser un commentaire