Plus d’argent dans l’anglicisation que dans la francisation, dénonce le MQF

MONTRÉAL — Le Mouvement Québec français accuse le gouvernement Legault d’investir davantage dans «l’anglicisation du Québec» que dans sa francisation.

Le groupe de défense du fait français tire cette conclusion à partir des fonds supplémentaires qui ont été annoncés, il y a quelques jours, pour l’Office de la langue française, soit 5 millions $ pour créer de nouveaux postes et ouvrir trois bureaux régionaux.

Et, de l’autre côté, Québec s’intéresse à deux projets d’infrastructures d’institutions anglophones, soit 50 millions $ destinés à l’agrandissement du Collège Dawson et 700 millions $ à la reconversion par McGill du site de l’ancien hôpital Royal-Victoria, tous deux à Montréal.

«C’est 5 millions $ pour la francisation contre 750 millions $ pour l’anglicisation du Québec», s’est indigné en entrevue jeudi, Maxime Laporte, président du Mouvement Québec français.

Il y voit un «manque de cohérence» de la part du gouvernement Legault, qui contribue ainsi selon lui à l’anglicisation du Québec et de ses institutions.

«Quand on investit en grand afin d’hypertrophier des institutions anglophones qui sont déjà hyper présentes, même dominantes dans le paysage montréalais, ça a des effets sur la vitalité du français. Lorsqu’on finance notre propre anglicisation à travers des institutions surfinancées, on se tire dans le pied», s’est exclamé M. Laporte.

Il affirme que la défense et la promotion du français ne passent pas seulement par le fait d’être servis en français dans les commerces, mais également par les institutions et leur rayonnement.

Quant à l’ajout de 5 millions $ au financement de l’Office québécois de la langue française, M. Laporte se demande: «à quoi bon un « plaster » si c’est pour aggraver la situation à grands coups de couteau?»

Des besoins

De leur côté, les deux institutions ont déjà expliqué qu’elles sont à l’étroit dans leurs locaux et qu’elles veulent prendre de l’expansion.

En juin dernier, le Collège Dawson a souligné que le ministère de l’Enseignement supérieur avait lui-même conclu à «un déficit d’espace de plus de 10 000 mètres carrés» pour l’établissement.

Devant les protestations de certains, qui craignaient un afflux de jeunes francophones au collège anglophone, Dawson avait assuré que «la construction du nouveau pavillon vise à mieux accueillir le nombre actuel d’étudiants et non à augmenter ses effectifs». Entre 7800 et 8000 étudiants sont inscrits à Dawson, bon an mal an.

Quant au projet Royal-Victoria, les activités de l’ancien hôpital ont été déplacées au campus Glen. McGill voudrait établir sur le site un centre de recherche et d’innovation.

Laisser un commentaire
Les plus populaires