Plus de 10 000 soldats ukrainiens auraient été tués

KYIV, Ukraine — Un haut conseiller du président ukrainien a cité des chefs militaires selon qui entre 10 000 et 13 000 soldats ukrainiens ont été tués dans la lutte de neuf mois du pays contre l’invasion russe, un commentaire rare sur de tels chiffres et un bilan bien en deçà des estimations occidentales.

Les forces russes ont poursuivi les attaques à la roquette contre les infrastructures et les frappes aériennes contre les positions des troupes ukrainiennes le long de la ligne de contact, a déclaré vendredi l’état-major ukrainien, ajoutant que la poussée militaire de Moscou s’est concentrée sur une douzaine de villes, dont Bakhmout et Avdiivka, des cibles clés pour la Russie dans l’est assiégé.

Tard jeudi, Mykhailo Podolyak, l’un des principaux conseillers du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a relayé de nouveaux chiffres sur les soldats ukrainiens tués au combat, tout en notant que le nombre de soldats blessés était plus élevé et que le nombre de victimes civiles était «significatif».

«Nous avons des chiffres officiels de l’état-major, nous avons des chiffres officiels du commandement supérieur, et ils s’élèvent à entre 10 000 et 12 500-13 000 tués», a déclaré M. Podolyak à Channel 24.

L’armée ukrainienne n’a pas confirmé ces chiffres et il s’agissait d’un rare cas où un responsable ukrainien fournissait un tel bilan. Le dernier remonte à fin août, lorsque le chef des armées avait déclaré que près de 9000 militaires avaient été tués. En juin, M. Podolyak avait déclaré que jusqu’à 200 soldats mouraient chaque jour, dans certains des combats et des effusions de sang les plus intenses de cette année.

Mercredi, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission exécutive de l’Union européenne, a annoncé que 100 000 soldats ukrainiens avaient été tués avant que son bureau ne corrige ses commentaires, les qualifiant d’inexacts et affirmant que le chiffre faisait référence à la fois aux tués et aux blessés.

Le mois dernier, le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées des États-Unis, a déclaré que jusqu’à présent, jusqu’à 40 000 civils ukrainiens et «bien plus» de 100 000 soldats russes avaient été tués ou blessés pendant la guerre. Il a ajouté que c’était «probablement la même chose du côté ukrainien».

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU, dans sa dernière mise à jour hebdomadaire publiée lundi, a indiqué avoir enregistré 6655 civils tués et 10 368 blessés, mais a reconnu que son décompte ne comprend que les victimes qu’il a confirmées et sous-estime probablement de loin le bilan réel.

Le bureau du président ukrainien a rapporté vendredi qu’au moins trois civils avaient été tués et 16 blessés en Ukraine au cours des dernières 24 heures. Kyrylo Timochenko, directeur adjoint du bureau, a annoncé sur Telegram que les forces russes avaient attaqué neuf régions du sud-est de l’Ukraine à l’aide d’artillerie lourde, de roquettes et d’avions.

Les Ukrainiens se sont préparés à des températures hivernales glaciales alors que la campagne russe a récemment touché des infrastructures, notamment des centrales électriques et des transformateurs électriques, laissant de nombreuses personnes sans chauffage, eau et électricité.

L’Ukraine fait face à une avalanche de tirs d’artillerie et d’attaques de drones russes depuis début octobre. Les bombardements ont été particulièrement intenses dans le sud de Kherson depuis que les forces russes se sont retirées et que l’armée ukrainienne a repris la ville du sud il y a près de trois semaines.

Le gouverneur régional de Kherson a révélé vendredi que trois personnes avaient été tuées et sept blessées dans les bombardements de jeudi. L’armée russe a frappé des zones résidentielles de la ville de Kherson, dont une partie est restée sans courant après que l’électricité ait été coupée par des frappes russes jeudi.

Dans la région orientale de Donetsk, le gouverneur ukrainien Pavlo Kyrylenko a prévenu que les bombardements russes se sont considérablement intensifiés. L’armée russe cherche à encercler la ville clé de Bakhmout en capturant plusieurs villages environnants et en coupant une route importante.

Des frappes russes visant des villes situées de l’autre côté du fleuve Dniepr depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia détenue par la Russie ont également été signalées. Et dans le nord-est de la province de Kharkiv, des responsables ont déclaré que les bombardements russes avaient blessé deux femmes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.