Plus de 200 postes clés sont à pourvoir dans la haute fonction publique fédérale

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a été prévenu que plus de 200 postes doivent être pourvus dans la haute fonction publique, y compris à des dizaines de postes clés de l’administration.

Dans une note de service adressée au premier ministre peu de temps après la réélection des libéraux l’automne dernier, des hauts fonctionnaires indiquaient que 220 nominations devaient être faites immédiatement en haut lieu, par le biais du «système des nominations par le gouverneur en conseil». On indiquait par ailleurs que 360 autres affectations devraient expirer d’ici la fin de 2020.

Des documents fédéraux montrent que le cabinet du premier ministre Trudeau a depuis nommé ou reconduit à leurs fonctions au moins 16 hauts fonctionnaires; par contre, d’autres affectations ont expiré ou sont devenues vacantes.

Des postes sont ainsi à pourvoir actuellement à la Commission canadienne du lait ou au Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, mais les postes d’ambassadeur du Canada aux États-Unis et de vérificateur général sont toujours assurés de façon intérimaire.

Le Bureau du vérificateur général a d’ailleurs fait part de ses préoccupations en décembre au sujet des retards dans les nominations clés. Sylvain Ricard, lui-même vérificateur général par intérim depuis près d’un an, soulignait que le gouvernement n’avait pas su nommer de nouveaux membres aux conseils d’administration de plus d’une douzaine de sociétés d’État.

M. Ricard rappelait que ces conseils d’administration sont essentiels pour assurer la surveillance et l’orientation des sociétés financées par les contribuables.

Les plus populaires