Plus de 288 000 patients sont maintenant inscrits à un groupe de médecins au Québec

MONTRÉAL — La nouvelle stratégie du gouvernement du Québec, en partenariat avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), pour donner aux Québécois un accès plus facile aux médecins de famille semble porter ses fruits.

En deux mois, 288 709 Québécois de plus se sont inscrits à un groupe de médecins, une initiative qui doit à terme faciliter l’accès rapide à un médecin de famille à près de 500 000 patients jugés comme vulnérables.

Lors de l’annonce de leur partenariat, le 1er mai dernier, le gouvernement provincial et la FMOQ avaient annoncé que leur objectif était d’atteindre 500 000 patients inscrits au 31 mars 2023, dont 250 000 avant le 31 juillet. Cette dernière cible a donc été atteinte — et même dépassée.

Le but derrière la création des groupes de médecine de famille (GMF) est de permettre aux patients qui ne sont pas suivis par un médecin de famille d’avoir un accès rapide à un professionnel.

Le nombre de patients toujours en attente au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) est maintenant de 814 830, mais le gouvernement assure que les «démarches se poursuivent» afin d’atteindre la cible prévue pour 2023.

François Legault se réjouit de ces nouvelles inscriptions, mais reconnaît qu’il y a «encore du travail à faire». Le premier ministre entend négocier de nouveau avec la FMOQ à la fin de l’entente de 2023 pour que l’ensemble de la population puisse profiter des services d’un GMF. 

«On avance dans la bonne direction. Il y a 300 000 personnes de plus aujourd’hui qui ont accès à un médecin de famille que lorsque les libéraux ont quitté le pouvoir», a-t-il réagi en marge du dévoilement de sa candidate dans Laval-des-Rapides, Céline Haytayan, mardi. 

De son côté, la FMOQ rappelle que les médecins de famille ne peuvent pas être l’unique solution aux problèmes d’accès, en raison d’une pénurie d’environ 1000 omnipraticiens au Québec, mais qu’elle est déterminée à faire sa part.

«Nous sommes extrêmement fiers de cet accomplissement et nous sommes convaincus que beaucoup de nos concitoyens pourront concrètement en prendre la mesure et en voir les bénéfices dans les semaines et mois à venir», a souligné le Dr Marc-André Amyot, président de la FMOQ, par voie de communiqué.

En parallèle, le gouvernement poursuit aussi le déploiement du Guichet d’accès à la première ligne (GAP), qui doit être accessible dans toutes les régions du Québec en septembre.

«Il nous reste beaucoup de chemin à faire et nous demeurons en période de transition, mais il est évident que nous sommes sur la bonne voie. Je salue l’engagement des membres de la FMOQ et des partenaires du réseau qui nous permet d’avancer dans la bonne direction et de rendre notre réseau plus humain et plus performant», a réagi le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Cette annonce n’a toutefois pas semblé plaire à la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, qui a répliqué sur Twitter qu’il s’agit d’un «vrai show de boucane».

«(François Legault) essaie de contourner le problème en offrant des consultations sans rendez-vous, sans garantie de prise en charge et de suivi. Au (Parti libéral), on ne baissera jamais les bras pour offrir un médecin de famille aux Québécois», a affirmé Mme Anglade.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.