Plus de 400 000 morts de la COVID-19 à travers le monde, selon un nouveau bilan

LONDRES — Le bilan des décès de la COVID-19 a franchi le cap des 400 000 personnes à travers le monde, dimanche, selon un décompte de l’Université américaine Johns Hopkins, au Maryland.

Toutefois, des experts de la santé préviennent que le nombre de victimes est beaucoup plus élevé puisque ce bilan ne tient pas compte des personnes décédées qui n’ont pas été testées pour détecter la présence du nouveau coronavirus.

Au Brésil, le gouvernement a arrêté de faire le bilan quotidien du nombre de personnes infectées par la maladie et du nombre de morts qui y sont associés. Des voix se sont élevées pour dénoncer cette décision, certains y voyant une manoeuvre pour cacher la vérité. 

Selon les chiffres officiels, le Brésil compte plus de 34 000 décès de la COVID-19, ce qui place le Brésil au troisième rang parmi les pays ayant le plus haut taux de victimes de la pandémie, derrière le Royaume-Uni qui compte plus de 40 000 décès et les États-Unis avec plus de 110 000 morts

À l’échelle planétaire, au moins 6,9 millions de personnes ont été infectées par le nouveau coronavirus, selon les statistiques comptabilisées par l’Université Johns Hopkins. Plus de 175 000 personnes ont succombé à la maladie en Europe depuis l’apparition du nouveau coronavirus en Chine, l’an dernier.