Plus de Mexicains tentent d’entrer illégalement aux États-Unis par le Canada

SWANTON, Vt. — Le nombre de personnes interceptées pour avoir voulu traverser illégalement la frontière canado-américaine pour se rendre au pays de l’Oncle Sam a pratiquement triplé depuis trois ans, et la proportion de citoyens mexicains est de plus en plus importante, selon des informations colligées par les autorités américaines.

Un Mexicain qui a franchi la frontière de façon irrégulière afin d’aller travailler dans une ferme laitière du Vermont a souligné qu’il était plus facile d’entrer aux États-Unis de cette façon, plutôt que par le sud.

Les statistiques du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis obtenues par l’Associated Press en vertu de la Loi sur l’accès à l’information offrent plus d’informations sur un phénomène qui semblait jusqu’ici marginal: on estime que 446 des 1586 immigrants en situation irrégulière interceptés à la frontière qui s’étend du Maine à l’État de Washington étaient d’origine mexicaine pour l’exercice 2019, soit 28 pour cent d’entre eux. Il s’agit d’une hausse marquée par rapport aux 20 Mexicains sur 558 clandestins interceptés en 2016, soit seulement 3,6 pour cent.

Ces statistiques sont aussi en hausse chez les Roumains — dont la plupart sont du groupe ethnique des Roms — et d’autres nationalités, dont les Haïtiens et les Indiens. Ces chiffres ne prennent pas en compte ceux qui ont été interpellés pour d’autres raisons que d’avoir franchi la frontière illégalement, par exemple pour un visa de résidence expiré.

Les statistiques de 2020 seront vraisemblablement différentes en raison des interdictions de voyages à cause de la pandémie de COVID-19. Le porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, Michael McCarthy, a déclaré qu’il y a «une baisse des entrées illégales» depuis le début de la pandémie et la fermeture des frontières, bien qu’il ait refusé d’offrir des chiffres à ce sujet. Ces statistiques devraient cependant repartir à la hausse dès que les voyages seront de nouveau permis.

Une ex-attachée du département américain de la Sécurité intérieure qui habite Ottawa a dit ne pas s’étonner de voir plus d’immigrants en situation irrégulière tenter d’entrer aux États-Unis par le Canada, bien qu’ils représentent moins d’un pour cent de tous ceux qui sont interceptés à la frontière américano-mexicaine.

«Comme l’eau au fond d’un lit de rivière asséché, les immigrants illégaux trouveront une façon de se faufiler», a évoqué Theresa Brown, maintenant directrice de l’immigration et de la politique transfrontalière au Bipartisan Policy Center à Washington.

Diego, le travailleur sur la ferme laitière du Vermont, a dit qu’il avait franchi la frontière canado-américaine illégalement en 2017 parce que c’était plus sécuritaire et moins cher que de le faire à la frontière américano-mexicaine.

«La personne qui devait nous permettre de franchir la frontière avait été recommandée par un bon ami, et les risques que nous nous fassions avoir étaient assez faibles», a expliqué Diego, qui est âgé de 26 ans et qui est originaire de l’État mexicain de Tabasco. Il a demandé à ce qu’on taise son nom de famille puisqu’il se trouve aux États-Unis en situation irrégulière. 

Diego est entré aux États-Unis par l’un des endroits les plus risqués à la frontière canado-américaine: une zone de 475 km qui s’étend entre le nord de l’État de New York, le Vermont et le New Hampshire et qui a représenté plus de la moitié de toutes les arrestations à cette frontière l’an dernier, en hausse par rapport à 38 pour cent en 2016.

Un examen non officiel des dossiers criminels déposés contre des personnes qui ont été interceptées au Vermont et dans le nord de l’État de New York au cours des deux dernières années démontre que la plupart des immigrants illégaux tentaient d’atteindre des endroits éloignés de la frontière, comme la ville de New York.

Les plus populaires