Les six victimes de la fusillade à Québec ont été identifiées

QUÉBEC – L’identité des six victimes de l’attaque survenue dans une mosquée de Québec dimanche a été dévoilée lundi par le bureau du coroner. Voici les noms et des informations connues sur certaines des victimes:

Azzeddine Soufiane, 57 ans

Père de trois enfants, il était épicier et boucher. Un imam local, Karim Elabed, l’a décrit en entrevue comme un membre important de la communauté et un résidant de Québec de longue date qui est souvent venu en aide aux nouveaux arrivants dans la capitale de la province.

«M. Soufiane était une personne très dévouée, très serviable. Il était connu par la communauté musulmane. C’était quelqu’un qui avait toujours un petit mot sympathique pour chacun des clients. Il vivait très bien, il était bien intégré, très dévoué pour sa famille aussi. Il aidait les nouveaux arrivants, pour les étudiants, par exemple, c’était un repère pour venir faire leurs courses, mais aussi pour avoir un coup de main, savoir quoi faire pour leurs débuts ici à Québec», a relaté M. Elabed.

————

Khaled Belkacemi, 60 ans

L’Université Laval a confirmé que M. Belkacemi, qui était professeur à sa Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, est de ceux qui ont perdu la vie dimanche soir.

«Notre communauté universitaire est en deuil aujourd’hui, a dit le recteur Denis Brière par communiqué. Nous pleurons le décès d’un membre estimé de la Faculté et de l’Université, d’un homme dévoué et aimé de ses collègues et de ses étudiants.»

Mohamed Labidi, le vice-président du Centre culturel islamique de Québec où l’attaque de dimanche a eu lieu, était un bon ami de M. Belkacemi. «Il n’aurait fait de mal à personne», a-t-il dit. «Il était tellement bon et gentil», a-t-il ajouté.

Le professeur à la retraite à l’Université Laval Hani Antoun a décrit M. Belkacemi comme un collègue apprécié et un scientifique respecté. Il a indiqué que M. Belkacemi était marié avec une autre professeure dans le même département et qu’ils avaient trois enfants.

————

Abdelkrim Hassane, 41 ans

Aussi père de trois enfants, cette victime a été identifiée par un ami, Ali Hamadi. Ce dernier a indiqué avoir quitté la mosquée quelques minutes avant le début de la fusillade au cours de laquelle M. Hassane a été tué.

M. Hamadi a indiqué que M. Hassane travaillait en technologies de l’information pour le gouvernement et qu’il était père de trois filles.

————

Ibrahima Barry, 39 ans

Le père de quatre enfants était un homme de famille dévoué qui passait beaucoup de temps avec ses enfants, a dit son ami, Moussa Sangare.

Ibrahima Barry, qui était parti de la Guinée pour immigrer au Canada, travaillait en technologies de l’information à la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ). Il aidait à subvenir aux besoins de sa famille immédiate et élargie, tant au Canada qu’en Afrique.

Le père de quatre enfants et Mamadou Tanou Barry, une autre victime de la fusillade à Québec, étaient originaires du même village en Afrique et se connaissaient avant d’immigrer au Canada, a dit M. Sangare. Ils étaient cousins, mais agissaient encore davantage comme des frères, a-t-il confié.

Il a affirmé que les deux hommes passaient beaucoup de temps ensemble et étaient toujours souriants et chaleureux. Il a souligné qu’ils étaient «bien intégrés» au Québec, qu’ils avaient de bons emplois et qu’ils prenaient soin de leurs enfants et de leur famille.

————

Mamadou Tanou Barry, 42 ans

Moussa Sangare a affirmé que la mort de son ami avait «décimé» deux familles. Il a indiqué que Mamadou Tanou Barry avait perdu son père il y a trois ans, et qu’il avait pris la responsabilité de soutenir non seulement sa famille au Canada, mais également sa famille en Afrique.

M. Sangare a dit avoir été en compagnie des deux cousins, samedi matin, dans la même mosquée où la fusillade a eu lieu, pour assister à une lecture du coran avec leurs enfants. Il s’est souvenu du moment où ils observaient leurs enfants en train de jouer après le service.

Mamadou Tanou Barry laisse dans le deuil deux garçons, tous deux nés au Canada à la suite de l’immigration de leur père, a-t-il indiqué.

Le gouvernement de la Guinée avait fait état de la mort de deux ressortissants dans la fusillade à Québec.

«C’est avec consternation que le gouvernement a appris l’attaque menée contre une mosquée à Québec (…) qui a fait au moins six morts, dont deux ressortissants guinéens», peut-on lire sur le site internet du gouvernement.

«En cette douloureuse circonstance, le gouvernement guinéen exprime sa profonde compassion et ses condoléances les plus attristées au gouvernement canadien, aux familles des disparus, et à la nation entière.»

————

Aboubaker Thabti, 44 ans