Plusieurs dignitaires assistent aux funérailles de l’ancien ministre Jim Carr

WINNIPEG — Proches, amis et collègues ont rendu hommage samedi à l’ancien ministre libéral Jim Carr, décédé cette semaine à l’âge de 71 ans.

Un service commémoratif s’est déroulé à Winnipeg. Des centaines de personnes y ont assisté, dont le premier ministre fédéral Justin Trudeau, des membres de son conseil des ministres, des chefs autochtones et même des adversaires politiques.

«Il m’a inspiré pour continuer de faire les choses difficiles aux moments difficiles, a déclaré M. Trudeau au cours du service. Et cette semaine, j’ai découvert que ce n’était pas seulement mon cas. C’était aussi celui de tout le monde. C’est un don qu’il possédait.»

Le premier ministre a remis le drapeau canadien qui flottait sur le mât du Parlement, le jour de la mort de M. Carr, à sa famille. 

M. Carr a été élu à l’Assemblée législative du Manitoba en 1988. Il y a siégé pendant quatre ans. Il a ensuite été président du Conseil manitobain des affaires avant de se présenter sur la scène fédérale en 2015. Il a été député de la circonscription de Winnipeg-Sud-Centre jusqu’à sa mort. Il a été nommé ministre des Ressources naturelles, puis ministre de la Diversification du commerce international entre 2015 et 2019.

Avant la cérémonie, l’ancien premier ministre progressiste-conservateur du Manitoba, Gary Filmon, a déclaré que M. Carr aimait travailler avec tout le monde, peu importe l’allégeance politique.

«Même pendant les débats sur l’Accord du lac Meech, il était quelqu’un qui voulait une solution positive. Il avait une merveilleuse vision de la vie et de ce qui était bon pour le Canada.»

Kevin Lamoureux, un collègue libéral, a rappelé que M. Carr était respecté par tous les partis. Cela avait été démontré lors de l’adoption d’un projet de loi d’initiative parlementaire défendu par l’ancien ministre.

«Après son discours, des membres du Bloc québécois étaient venus lui serrer la main, a raconté M. Lamoureux. Ils s’étaient opposés au projet de loi, mais ils avaient respecté ses arguments.»

En 2019, au lendemain de sa réélection en tant que député, il a été diagnostiqué avec le myélome multiple, un cancer du sang, et il a subi une greffe de cellules souches en 2020.

Son fils Ben a prononcé l’éloge funèbre. Il a raconté que la volonté de son père d’écouter les autres était si forte qu’il a déjà discuté pendant deux heures avec des Témoins de Jéhovah qui avaient sonné à la porte de chez lui.

Il a aussi lu le discours que devait prononcer mercredi son père à la Chambre des communes. La mort ne lui en a pas laissé la chance.

«N’arrêtez jamais d’apprendre, gardez un esprit ouvert. Ne parlez que lorsque vous avez eu le temps de bien choisir vos mots», a lancé Ben Carr en citant son père.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.