Plusieurs questions demeurent en suspens à la suite du report des JO de Tokyo

TOKYO — La décision du premier ministre japonais Shinzo Abe, avec l’aval du président du CIO Thomas Bach, de reporter les Jeux olympiques de Tokyo a dénoué une impasse cette semaine.

Le géant olympique rassemble 11 000 athlètes olympiques et 4400 athlètes paralympiques. Ajoutez à cela 206 comités olympiques nationaux, des dizaines de fédérations de sports d’été, des milliers de contrats et des milliards de dollars. Il y a 33 sports olympiques à considérer, 42 sites (43 en incluant celui utilisé uniquement pour les Jeux paralympiques), des épreuves de qualification à travers le monde entier et 5000 appartements au village des athlètes — dont certains ont déjà été vendus.

Ensuite, il y a la question des réservations d’hôtel et de vol, et celle des 80 000 bénévoles. Les Jeux olympiques ne peuvent pas fonctionner sans eux. Quelques questions demeurent donc en suspens.

Q: Quand les Jeux olympiques auront-ils lieu en 2021?

R: Aucune date n’a été avancée. C’est une priorité pour le Comité international olympique et les organisateurs japonais. Ils doivent trouver des dates fermes pour commencer à planifier, comme les athlètes qui ont à planifier l’entraînement. John Coates, le membre australien qui dirige l’équipe d’inspection du CIO pour Tokyo, a déclaré au journal japonais Yomiuri que les Jeux se tiendraient probablement en juillet et août. C’était aussi le plan en 2020: 24 juillet-9 août. Les organisateurs ont déclaré qu’il n’était pas prévu de ramener les marathons à Tokyo. Ils ont été transférés à Sapporo pour éviter la chaleur estivale et ils devraient y rester.

Passer au printemps est possible, mais problématique, et Bach a laissé la porte ouverte à cette éventualité. Mais les Jeux olympiques au printemps dans l’hémisphère Nord viendraient en conflit avec le calendrier chargé des sports nord-américains et de soccer en Europe. Cela laisserait également peu de temps pour les épreuves de qualification.

Q: Qu’en est-il des personnes qui ont acheté des billets? Environ 7,8 millions sont disponibles. La demande au Japon est 10 fois supérieure à l’offre.

R: La vente des billets devrait encore fournir un milliard $ US aux organisateurs locaux. C’est donc une question de première importance. Tous les billets ont une clause de «force majeure», qui pourrait libérer les organisateurs d’avoir à rembourser si le coronavirus est jugé «hors du contrôle raisonnable de Tokyo 2020».

«Nous n’avons pas de conclusion définitive sur ce que sera notre politique, a expliqué le patron de Tokyo, Toshiro Muto. Dans la mesure du possible, nous voulons nous assurer que les personnes qui ont déjà acheté des billets bénéficieront d’une attention particulière.»

Q: Combien coûtera le report aux organisateurs?

R: Les estimations suggèrent entre 2 et 3 milliards $ US. Muto a déclaré cette semaine: «Nous projetons que les dépenses supplémentaires vont être considérables.» Le libellé du document dans le contrat de la ville hôte favorise grandement le CIO, alors attendez-vous à ce que les contribuables japonais paient la majeure partie de la facture.

Les organisateurs locaux et les organismes gouvernementaux japonais disent qu’ils dépensent officiellement 12,6 milliards $ US pour organiser les Jeux olympiques. Cependant, un rapport d’audit du gouvernement national en décembre a estimé les coûts à deux fois plus. Lorsque Tokyo a remporté la candidature olympique en 2013, elle a estimé que les jeux coûteraient 7,3 milliards $. L’argent du secteur privé représente 5,6 milliards $ du budget total d’aujourd’hui. Le reste — quel que soit le total — est de l’argent public.

Le CIO a dépensé 1,3 milliard $ US pour financer les Jeux olympiques de Tokyo, une petite fraction du coût total. Le CIO a totalisé des revenus de 5,7 milliards $ pour le dernier cycle olympique de quatre ans (2013-2016). Près des trois quarts des revenus proviennent de la vente des droits de diffusion et 18 pour cent des commanditaires. Le CIO dispose également d’un fonds de réserve d’environ deux milliards $ et d’une assurance pour couvrir les pertes.

Q: Où est la flamme olympique arrivée de Grèce le 12 mars?

R: Elle se trouve dans la préfecture de Fukushima, la région nord-est du Japon qui a été dévastée par le tremblement de terre de 2011, le tsunami et l’effondrement de trois réacteurs nucléaires. La flamme est dans une petite lanterne. La dernière manifestation publique remonte à mercredi dans cette préfecture. Le relais de la flamme à l’origine devait partir de là cette semaine. On ne sait pas combien de temps la flamme y restera. Elle pourrait rester pendant un an et devenir le point de mire des jeux l’an prochain. Ou elle pourrait être transportée à Tokyo. Où qu’elle se trouve, elle sera au centre d’une campagne de relations publiques liée aux Jeux olympiques, à son report et à une victoire espérée sur le coronavirus.

Q: Comment s’appelleront les Jeux olympiques de 2021 l’année prochaine?

R: Ce seront toujours les Jeux olympiques de Tokyo 2020. Le logo et toutes les marchandises devraient rester inchangés. Tout changement aurait nécessité le remplacement d’énormes quantités de publicité et de produits. Un changement aurait également créé une ruée pour les produits de Tokyo 2020 — les Jeux olympiques qui n’ont jamais eu lieu. Les médailles resteront également les mêmes. Ce sont les premiers jeux reportés de l’ère moderne, qui datent de 1896. Les Jeux olympiques ont été annulés en temps de guerre en 1916, 1940 et 1944. Les Jeux olympiques de 1940 devaient être présentés à Tokyo.

Q: Qu’arrivera-t-il au village des athlètes?

R: Le site tentaculaire de la baie de Tokyo — 5632 appartements — sera vendu après les Jeux olympiques. Les informations indiquent qu’environ un quart des unités ont déjà été vendues. Certaines unités coûteront plus d’un million $ US. L’un des promoteurs, Mitsui Fudosan Co., a déclaré qu’il avait suspendu les ventes du complexe, qui comprendra 23 bâtiments. On ne sait pas comment cela sera réglé. Mais les responsables disent qu’ils envisagent d’utiliser le village et de ne pas se déplacer vers les hôtels.

Q: Ce report a-t-il entaché l’image du CIO?

R: Oui et non. Le CIO a survécu à de nombreux scandales et a failli sombrer à cause du boycottage de Moscou en 1980. Et peu de gens se souviennent que les Jeux olympiques de Tokyo et de Rio de Janeiro 2016 ont tous deux été entachés par des scandales d’achat de votes qui ont entraîné les démissions de leurs responsables de délégation et membres du CIO: le Japonais Tsunekazu Takeda et le Brésilien Carlos Nuzman.

Tout le monde a été témoin de la volte-face de Bach. Lors d’une réunion de la commission exécutive du CIO au début du mois, Bach a affirmé que ni les mots «annulation» ou «report» n’avaient été mentionnés. Bach a été accusé d’être «au mieux sourd».

Même la semaine dernière lors d’une téléconférence, Bach a répété que les Jeux olympiques suivraient leur cours. C’est à ce moment que les athlètes et les comités olympiques nationaux ont commencé à s’exprimer. Hayley Wickenheiser, membre du CIO et quadruple médaillée d’or canadienne, a rompu les rangs et affirmé qu’aller de l’avant était «irresponsable». Ensuite, les comités nationaux olympiques du Canada et de l’Australie ont décidé qu’ils n’iraient pas. Finalement, Abe a été présenté comme celui ayant fait la proposition du report, sauvant ainsi la face.

Malgré ses problèmes, le CIO survivra tant qu’il fera plaisir aux diffuseurs et aux commanditaires. Les diffuseurs représentent 73 pour cent des revenus du CIO et les commanditaires 18 pour cent. Peu se plaindront ouvertement, car ils sont engagés à long terme avec les Jeux olympiques d’hiver et d’été déjà prévus pour Pékin (2022), Paris (2024), Milan et Cortina d’Ampezzo (2026) et Los Angeles (2028).

Les plus populaires