Policier blessé à Montréal: un poste de commandement mobile est déployé

MONTRÉAL — Un poste de commandement mobile du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été déployé samedi vers 10 h 00 dans le secteur de Parc-Extension, dans l’espoir d’obtenir de nouveaux renseignements sur l’agression armée subie jeudi par un de ses policiers.

Le poste de commandement mobile a été stationné à l’intersection de l’avenue Bloomfield et du boulevard Crémazie Ouest, dans l’espoir d’y rencontrer d’autres témoins potentiels de l’agression où le suspect se serait emparé de l’arme de service du policier.  

L’agent Raphaël Bergeron, porte-parole du SPVM, précise que même ce qui semble être une information banale peut s’avérer utile dans le cadre de l’enquête.  

«On invite toute personne détenant des informations pouvant aider nos enquêteurs dans ce dossier, à venir nous rencontrer. Il n’y a aucune petite information. Toutes les informations sont bonnes et c’est pour ça que nos enquêteurs sont présents sur place», a-t-il affirmé.  

Les policiers faisaient aussi du porte-à-porte samedi dans le secteur, à la rencontre des citoyens qui auraient pu apercevoir quelque chose d’inhabituel jeudi aux environs de 17 h 00.

Arrestation et comparution du suspect

Mamadi Fara Camara, âgé de 31 ans, a comparu vendredi au palais de justice de Montréal, au lendemain de son arrestation.  

Il fait face à trois chefs d’accusation, selon l’agent Raphaël Bergeron.  

«On parle de tentative de meurtre ayant déchargé une arme à feu prohibée. Un deuxième chef d’accusation pour avoir déchargé une arme à feu prohibée et le troisième chef d’accusation pour lequel il a fait face au palais de justice, on parle d’une agression armée sur un agent de la paix», a-t-il précisé samedi matin. 

Les gestes qui sont reprochés à Mamadi Fara Camara seraient survenus lors de son interception pour une infraction au Code de la sécurité routière.  

La police a dévoilé peu d’informations sur l’agression, en raison de l’enquête en cours.   

Le SPVM avait d’abord déclaré jeudi qu’un policier avait reçu une balle dans le haut du corps, mais s’était ravisé dans la nuit pour indiquer que les enquêteurs devaient encore déterminer ce qui s’était passé. 

La nature des blessures du policier agressé n’a pas été révélée, mais le SPVM a confirmé que ses blessures ne mettent pas sa vie en danger.   

Mamadi Fara Camara devrait comparaître de nouveau lundi afin de déterminer s’il doit demeurer ou non derrière les barreaux pendant la suite des procédures judiciaires.

Laisser un commentaire