Politique culturelle: Jean-François Lisée juge que le moment est mal choisi

QUÉBEC — Le chef péquiste Jean François Lisée critique le choix du gouvernement Couillard de rendre publique sa politique culturelle quelques mois à peine avant l’échéance électorale du 1er octobre.

La Presse canadienne révélait dimanche le contenu de la nouvelle politique culturelle du Québec, qui sera assortie d’un plan d’action totalisant quelque 600 millions $ sur cinq ans.

La politique sera rendue publique par la ministre de la Culture, Marie Montpetit, et le premier ministre Philippe Couillard, mardi, à 10h15, à l’atrium de l’Édifice Wilder Espace danse, au centre-ville de Montréal, en présence d’un parterre de 200 invités issus des milieux culturels.

Selon M. Lisée, une telle annonce, à ce moment-ci, en toute fin de mandat, aurait dû plutôt constituer un engagement électoral du Parti libéral du Québec (PLQ) pour le prochain mandat.

Il y voit «un problème de gestion du message» gouvernemental.

Cette politique, très attendue par le milieu culturel, aurait dû être connue «il y a six mois ou un an», a commenté le chef péquiste, lors d’une mêlée de presse.

Le gouvernement s’engagera notamment à revoir le statut des artistes, resserrer leur filet de protection sociale, améliorer leurs conditions de vie et leur revenu, en révisant deux lois existantes.

Québec dira aussi vouloir faire de la culture une priorité, en favorisant de toutes les manières possibles la création et la fréquentation des productions culturelles québécoises, notamment en injectant 100 millions $ supplémentaires à répartir entre le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et la Société des entreprises culturelles (SODEC).

Les plus populaires