Port de Montréal: une étape de plus est franchie vers le terminal de Contrecoeur

MONTRÉAL — Le port de Montréal et la Banque de l’infrastructure du Canada ont annoncé un partenariat, mercredi, pour faire avancer le projet de construction d’un terminal à conteneurs à Contrecoeur — une étape déterminante dans la réalisation du grand projet.

L’Administration portuaire de Montréal espère que la construction du terminal débutera à l’été 2020. Elle attend toujours les autorisations fédérales en matière environnementale, a précisé la présidente-directrice générale du port de Montréal, Sylvie Vachon, au cours d’une conférence de presse.

«À l’heure où accroître et diversifier nos échanges commerciaux avec l’étranger devient un enjeu crucial, appuyer la croissance du port de Montréal est plus que jamais nécessaire», a justifié le président et chef de la direction de la Banque de l’infrastructure du Canada, Pierre Lavallée.

«Appuyer la croissance du port de Montréal, c’est appuyer la croissance de Montréal, de la région du Grand Montréal et aussi du coeur industriel de notre pays. C’est appuyer la création d’emplois, soutenir l’industrie du transport maritime, mais aussi des transports routier et ferroviaire», a ajouté M. Lavallée.

M. Lavallée n’a pas exclu que la Banque de l’infrastructure prenne éventuellement une participation dans le projet, mais a dit estimer qu’il était trop tôt pour annoncer quoi que ce soit à ce sujet.

Le protocole d’entente qui a été signé prévoit que les deux organisations «vont travailler à la structure financière du terminal proposé», a noté M. Lavallée. Il a précisé que cela allait comprendre «des activités de planification et de préapprovisionnement pour la conception, la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien du terminal».

La construction du terminal à Contrecoeur est rendue nécessaire parce que le port de Montréal arrivera au maximum de sa capacité durant la prochaine décennie. Le coût du projet est évalué à une somme de 750 à 950 millions $.

Selon les plans, il entraînera la circulation de 1200 camions par jour, deux à trois navires par semaine et un train par jour. Le terminal doit commencer à être exploité vers 2023.

Pour ce qui est de l’entreprise privée, l’Administration portuaire avait déjà annoncé qu’elle travaillerait aussi avec les opérateurs de terminaux Montréal Gateway et Termont Terminal pour la réalisation de son projet de terminal à conteneurs à Contrecoeur.

Près de 5000 emplois doivent être maintenus ou créés pendant la construction et 1000, directement, pendant l’exploitation du terminal.

La Banque de l’infrastructure du Canada a également déjà investi dans le Réseau express métropolitain, dans le Grand Montréal, dans le Go RER (Regional Express Rail — un train électrique) dans le Grand Toronto, ainsi que dans une étude de faisabilité pour le projet de Train à grande fréquence entre Toronto et Québec.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire