Postes Canada: les négociations entre les deux parties semblent peu prometteuses

OTTAWA – Le blitz de négociations se poursuit entre Postes Canada et son plus grand syndicat, mais aucune partie concernée ne semble indiquer que des progrès ont été accomplis.

Un médiateur nommé par le gouvernement fédéral rencontre la direction de la société de la Couronne et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) depuis vendredi pour tenter de trouver un terrain d’entente.

Le STTP a toutefois annoncé dimanche après-midi que s’il n’y a pas une entente avant minuit, une grève tournante commencera lundi en Alberta et aux Territoires du Nord-Ouest. Les travailleurs de ces régions refuseront de travailler des heures supplémentaires.

Le syndicat avait diffusé un préavis de grève jeudi soir, accusant Postes Canada de refuser de négocier de bonne foi.

Les deux parties n’arrivent pas à s’entendre depuis des mois sur plusieurs enjeux, dont l’équité salariale entre les facteurs des régions urbaines et ceux des régions rurales, ainsi que les modifications aux régimes de retraite.

Le STTP a assuré par voie de communiqué que ce moyen de pression ne perturberait pas — ou très peu — le service offert à la population.

«Nous continuerons de livrer le courrier tous les jours», a indiqué le président national du STTP, Mike Palecek.

Un porte-parole de Postes Canada a soutenu que la menace de moyens de pression créait de l’incertitude pour les clients.

«Quiconque tente de planifier son utilisation du système des postes dans les prochains jours se demande si les envois se rendront à destination, et cela aura un énorme impact sur les affaires que cela plaise au syndicat ou non», a dit John Hamilton en entrevue téléphonique.

Les plus populaires