Pourquoi Alexeï Navalny agace-t-il autant le Kremlin ?

Le retour du militant anticorruption en Russie porte un dur coup à l’image de Vladimir Poutine. Voici pourquoi.

MOSCOU — Le retour en Russie depuis l’Allemagne de l’opposant Alexeï Navalny s’est fait dans le chaos et dans l’indignation populaire et il s’est terminé, comme on aurait pu s’y attendre, par son arrestation.

M. Navalny a passé près de cinq mois en Allemagne après avoir été empoisonné par un agent neurotoxique. On trouvait aussi à bord du vol qui le ramenait à Moscou le 17 janvier sa femme et des journalistes qui documentaient son périple. Mais l’avion a été redirigé vers un autre aéroport de Moscou, possiblement pour déjouer les foules qui l’attendaient.

Les forces de l’ordre l’ont arrêté immédiatement, suscitant l’indignation aussi bien en Russie qu’à l’étranger. Certains pays occidentaux ont fait planer la menace de sanctions et son entourage a appelé à des manifestations nationales samedi.

Mais M. Navalny avait préparé sa propre surprise pour son retour : une vidéo selon laquelle un stratagème de corruption a mené à la construction d’un « palais » luxueux pour le président Vladimir Poutine sur les rives de la mer Noire.

Mises en ligne par son équipe mardi, les images avaient été vues plus de 42 millions de fois 48 heures plus tard.

M. Navalny pourrait écoper de plusieurs années de prison pour une condamnation précédente qui, selon lui, est en fait une vengeance politique. Les observateurs estiment que le Kremlin est à court d’options viables.

Voici un compte-rendu de son long combat contre les autorités russes.

Qui est Alexeï Navalny ?

L’homme de 44 ans est un militant anticorruption et le plus virulent détracteur du Kremlin. Il continue là où d’autres opposants ont abandonné et n’est pas découragé par les assauts incessants contre son oeuvre.

Il a publié de nombreux rapports qui exposent la corruption au sein de la Russie de Vladimir Poutine. Il a été la figure de proue de plusieurs manifestations populaires, y compris les manifestations sans précédent qui ont éclaté en 2011-2012 après des allégations de fraude électorale.

M. Navalny a été reconnu coupable à deux reprises, une fois de détournement de fonds et une fois de fraude. Il a écopé de peines avec sursis de cinq ans et trois ans et demi. Il affirme que ces condamnations ne sont que des vengeances politiques, et la Cour européenne des droits de l’homme les a remises en question.

M. Navalny a voulu se présenter contre M. Poutine lors de la présidentielle de 2018, mais il en a été empêché par ses condamnations. Il a quand même attiré des foules de partisans partout où il est allé à travers le pays.

Il a été arrêté et incarcéré de multiples fois pour son rôle dans l’organisation des manifestations. En 2017, un homme lui a lancé un liquide nettoyant au visage, endommageant sa vision. Il a aussi été hospitalisé en 2019 après avoir été possiblement empoisonné en prison.

Mais rien de l’arrête. Il est tombé malade en août 2020, lors d’un vol intérieur en Sibérie, et le pilote s’est posé rapidement à Omsk, où il a été hospitalisé d’urgence. Ses partisans ont réussi à l’évacuer vers Berlin, où il est resté dans le coma pendant deux semaines et où on a diagnostiqué un empoisonnement avec un agent neurotoxique soviétique — une allégation que réfute le Kremlin.

Une fois rétabli, M. Navalny a dévoilé l’enregistrement d’une conversation téléphonique avec un homme qui serait un agent russe et qui aurait été impliqué dans son empoisonnement. Le FSB russe a affirmé que l’enregistrement était un faux, mais l’affaire en a quand même ébranlé plusieurs au pays et à l’étranger.

M. Navalny avait promis de revenir en Russie poursuivre son oeuvre, même s’il était menacé d’arrestation.

Pourquoi Alexeï Navalny est-il rentré ?

M. Navalny a indiqué qu’il n’était pas parti de Russie volontairement, mais qu’il s’est plutôt « retrouvé aux soins intensifs en Allemagne ». Il a dit ne jamais avoir envisagé de rester à l’étranger.

« Je ne trouverais pas ça correct qu’Alexeï Navalny appelle à une révolution depuis Berlin, avait-il expliqué lors d’une entrevue en octobre. Si je fais quelque chose, je veux partager les risques des gens qui travaillent dans mon bureau. »

Des analystes estiment que M. Navalny perdrait toute pertinence comme opposant à l’extérieur de la Russie. « Rester à l’étranger, devenir un émigré politique, serait mortel pour un politicien », a expliqué la politologue indépendante Masha Lipman.

Nikolaï Petrov, un chercheur du programme Russie et Eurasie de Chatham House, est d’accord : « Les gens actifs et intelligents qui pourraient apporter un changement réel et participer aux élections […] au pays, une fois à l’étranger, sont privés d’un lien réel avec le peuple ».

Pourquoi Alexeï Navalny est-il maintenant menacé de prison ?

La peine avec sursis qui lui a été imposée en 2014 s’accompagnait d’une période de probation qui aurait pris fin en décembre 2020. Les responsables disent qu’il devait se rapporter en personne aux forces de l’ordre.

Pendant les derniers jours de cette période de probation, le service pénitentiaire russe l’a accusé de ne pas avoir participé à ces vérifications, y compris pendant qu’il était hospitalisé en Allemagne. Les autorités demandent maintenant aux tribunaux de lui imposer la peine de trois ans et demi de prison. Après son retour, il a été placé en détention pour 30 jours et une audience sur sa peine est prévue pour le 2 février.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités russes ont lancé une autre enquête pour fraude contre lui, l’accusant d’avoir détourné des dons faits à sa Fondation pour la lutte à la corruption. Il pourrait écoper de dix ans de prison s’il est reconnu coupable.

Est-ce qu’Alexeï Navalny menace le Kremlin ?

M. Poutine ne mentionne jamais le nom de M. Navalny, et le Kremlin le dépeint comme un blogueur insignifiant. Mais son influence s’étend bien au-delà de Moscou grâce à sa présence sur YouTube. C’est de cette manière qu’il a dévoilé cette semaine l’existence du « palais » de la mer Noire.

Son réseau de bureaux régionaux déployé à travers le pays en 2017 lui permet de défier le gouvernement en mobilisant les électeurs. En 2018, il a lancé le projet « Vote intelligent » afin de donner un coup de pouce aux candidats les plus susceptibles de défaire ceux du régime.

En 2019, cette initiative a permis à des opposants de remporter 20 des 45 sièges du conseil municipal de Moscou. Le parti Russie unie de Vladimir Poutine a perdu sa majorité aux assemblées législatives de trois villes l’an dernier.

M. Navalny a promis d’utiliser la même stratégie lors des élections parlementaires de cette année, qui décideront du contrôle de la Douma en 2024. C’est à ce moment que le mandat de M. Poutine se terminera, mais il devrait en briguer un nouveau en vertu des amendements constitutionnels adoptés l’an dernier.

Des analystes croient M. Navalny capable d’influencer ce vote crucial, d’où l’importance pour certains de le faire disparaître.

Et maintenant ?

Des analyses affirment que le retour de M. Navalny porte un dur coup à l’image de M. Poutine et présente un sérieux dilemme pour le Kremlin.

M. Poutine a essentiellement travaillé depuis chez lui depuis le début de la pandémie, et la perception répandue qu’il est resté loin du public se compare mal au retour audacieux de son rival vers un pays où il a été empoisonné et où il est menacé d’arrestation, a dit M. Petrov, du Chatham House.

« Ce n’est pas important que les gens appuient Navalny ou non ; ils voient ces deux images, et Poutine perd », a-t-il expliqué.

Les commentateurs estiment que le Kremlin est à court d’options viables : incarcérer M. Navalny pour une longue période en ferait un martyr et pourrait provoquer des manifestations importantes, tandis que sa libération pourrait menacer les élections parlementaires.

Jusqu’à présent, la répression n’a fait qu’aider M. Navalny, « et aujourd’hui les loyalistes [à Poutine], s’ils ne sont pas dans son camp, ne sont certainement pas dans le camp des empoisonneurs et des persécuteurs », a récemment écrit Alexander Baunov, du Centre Carnegie de Moscou.

On attend maintenant de voir quelle tournure prendront les manifestations prévues pour samedi, a dit M. Petrov. M. Navalny avait rapidement été libéré de sa peine de cinq ans de prison pour détournement de fonds quand une foule gigantesque s’était massée près du Kremlin.

Le gouvernement Poutine a depuis serré la vis aux dissidents et il est donc peu probable que les manifestations mèneront à la libération immédiate de M. Navalny, a dit M. Petrov. Mais le Kremlin craint quand même qu’une décision trop dure ne vienne déstabiliser la situation et l’ampleur des manifestations pourrait témoigner de la réaction éventuelle de la population si M. Navalny était incarcéré pour une longue période.

Laisser un commentaire

Pourquoi Alexeï Navalny agace-t-il autant le Kremlin?
Attention !
Vous écrivez » Plutôt ce mois-ci » au lieu de » Plus tôt ce mois-ci « …
Par ailleurs, merci pour cet article vraiment intéressant!

Répondre

Pourquoi écrivez-vous dans le sous-titre : « militant antidémocratie ». Je n’ai pas beaucoup suivi ces événements, mais il me semble que si Alexeï Navalny agace autant Poutine, selon moi, ce n’est certainement pas parce qu’il est antidémocrate ?

Répondre