PQ: trois ex-présidents de l’aile jeunesse appuient PSPP

QUÉBEC — Trois anciens présidents de l’aile jeunesse du Parti québécois (PQ) prennent position: ils appuient le candidat Paul St-Pierre Plamondon dans la course à la direction en cours actuellement et se disent assurés qu’il les conduira vers un troisième référendum sur la souveraineté.

À eux trois, Frédérique St-Jean, Marc-André Bouvette et Ariane Cayer ont été à la tête du Comité national des jeunes du PQ (CNJPQ) pendant cinq ans.

Dans une lettre obtenue par La Presse canadienne, ils disent appuyer «celui qui incarne les changements que nous souhaitons voir au sein de notre formation politique et qui saura bâtir un nouveau camp du Oui» — c’est-à-dire diriger éventuellement les troupes souverainistes dans une campagne référendaire sur l’indépendance.

«Nous sommes persuadés que nous vivrons un troisième référendum, dans lequel notre génération pourra pleinement se prononcer sur un projet de pays vert, égalitaire et ambitieux», peut-on lire.

Ils estiment qu’il a l’étoffe nécessaire pour rebâtir le PQ, relégué à la troisième opposition, avec neuf députés, depuis le désastre électoral de la campagne de 2018.

«Nous pensons qu’un chef qui allie expérience et connaissance du parti, avec une capacité de générer de l’intérêt, tant dans les médias traditionnels que sociaux, est essentiel pour notre reconstruction, écrivent-ils. Notre choix est celui d’une candidature dynamique et crédible qui est capable de rassembler tous les groupes d’âges autour d’un objectif simple et clair: réaliser notre indépendance.»

Ils demandent aux militants et sympathisants d’«oser» en choisissant celui qui se présente souvent comme le candidat du «renouveau» dans cette course, contre le député péquiste Sylvain Gaudreault, élu et réélu depuis 2007, contre l’humoriste Guy Nantel et contre l’historien Frédéric Bastien.

«C’est un symbole qui est fort», a commenté M. St-Pierre Plamondon, dans une entrevue avec La Presse canadienne diffusée mercredi.

«Ça démontre que je peux rallier des jeunes à la cause (souverainiste), que cette nouvelle génération sera au rendez-vous dans la mission que je propose aux membres de rebâtir notre parti. Ça démontre que ma campagne a le vent dans les voiles, notamment en raison de cette capacité de rassembler toutes les générations dans le parti.»

La chasse aux appuis est cruciale dans une course le moindrement serrée. M. St-Pierre Plamondon a annoncé dimanche qu’il obtenait l’appui de l’ancienne ministre Louise Beaudoin, tandis que lundi, l’équipe de Sylvain Gaudreault annonçait qu’il avait obtenu le soutien de l’exécutif de l’association péquiste de Prévost, soit la circonscription où M. St-Pierre Plamondon avait été candidat en 2018 et avait été battu.

Un sondage commandé en août par M. St-Pierre Plamondon suggérait que M. Gaudreault serait en tête, avec 30 % des intentions de vote des militants, mais que M. St-Pierre Plamondon mènerait chez les jeunes.

Dans un parti comme le PQ, l’appui du militant est essentiel, mais pour cette course, la direction a décidé d’ouvrir le scrutin aussi aux sympathisants qui, sans être membres, pourront voter en échange d’une souscription de 5 $.

Les membres et sympathisants pourront voter de façon virtuelle entre le 5 et le 9 octobre. Les résultats seront dévoilés au terme de la dernière journée de scrutin.

Laisser un commentaire
Les plus populaires