Premier contact officiel entre Justin Trudeau et le président élu Joe Biden

Les changements climatiques, la COVID-19, le racisme envers les Noirs et le commerce étaient notamment à l’ordre du jour.

OTTAWA — Après avoir rapidement félicité Joe Biden pour son élection à la présidence des États-Unis, Justin Trudeau a appelé le président élu, faisant fi du fait que Donald Trump n’a toujours pas concédé la victoire.

Le premier ministre Trudeau a d’abord publicisé l’appel téléphonique sur son compte Twitter, lundi après-midi.

«J’ai parlé avec @JoeBiden et je l’ai encore félicité pour son élection. Nous avons déjà travaillé ensemble et nous sommes prêts à reprendre ce travail et à relever les défis et opportunités auxquels nos 2 pays sont confrontés, notamment les changements climatiques et la COVID-19», a écrit Justin Trudeau.

Dans un second message, il a ajouté que la conversation a également porté sur le commerce, l’énergie, l’OTAN, le racisme envers les Noirs et «la détention par la Chine de Michael Kovrig et Michael Spavor».

«Sur ces questions et plusieurs autres, @JoeBiden et moi avons convenu de travailler en collaboration», a souligné M. Trudeau.

En fin de journée, le compte-rendu officiel de cette conversation rapportait que «le premier ministre a été le premier dirigeant international à s’entretenir avec le président élu» et faisait quelques allusions aux dossiers plus litigieux entre les deux voisins.

«Le premier ministre a dit avoir hâte (…) de dialoguer sur des questions cruciales telles que le commerce, le bois d’oeuvre, le programme Buy America et la coopération énergétique, par exemple dans le cadre du projet Keystone XL», peut-on lire dans le communiqué diffusé par le bureau de Justin Trudeau.

Le matin, en conférence de presse, M. Trudeau avait dû commenter les visées protectionnistes de Joe Biden.

Citant les difficultés des quatre dernières années dans les relations commerciales avec le voisin — négociation d’un nouvel ALÉNA et tarifs sur l’aluminium et l’acier — M. Trudeau a estimé avoir «développé des façons très robustes de défendre les intérêts des Canadiens».

Ainsi, il a l’intention, à chaque occasion, de rappeler qu’un accès libre aux marchés des deux pays est à l’avantage «des compagnies (et) des travailleurs américains», aussi.

Félicitations trop rapides?

M. Trudeau ne croit pas qu’il a félicité trop rapidement Joe Biden pour son élection.

Samedi, dès que les grands réseaux de télévision et autres organismes de presse des États-Unis ont annoncé que le candidat démocrate est le président élu, le bureau du premier ministre canadien s’est empressé d’envoyer un message de félicitations publiques à Joe Biden.

La déclaration officielle du premier ministre canadien a été publiée peu après midi, à Ottawa, samedi.

Lundi matin, M. Trudeau a entamé sa conférence de presse convoquée pour parler d’internet haute vitesse en répétant, de vive voix, ses félicitations à M. Biden et à la vice-présidente élue Kamala Harris.

Il n’a pas manqué de souligner la signification de l’élection, au poste de vice-président des États-Unis, d’une femme noire ayant des origines sud-asiatiques. «C’est une inspiration et un rappel que les voix de tous (…) ont leur place en politique», a-t-il déclaré.

Et non, même samedi, les félicitations canadiennes n’ont pas été précipitées, d’après lui.

«Nous faisons confiance dans le processus électoral américain et j’ai été content de féliciter le président élu Biden en fin de semaine», a-t-il dit.

«Une fois que la déclaration a été faite clairement comme elle a été faite en fin de semaine, nous pouvons être assez certains des résultats», a-t-il indiqué.

M. Trudeau a préféré ne pas commenter le comportement de Donald Trump qui semble vouloir s’accrocher au pouvoir. Même si les journalistes sont revenus à la charge à quelques reprises, le premier ministre canadien s’est contenté de répéter que son travail à lui est de défendre les intérêts des Canadiens.

Il a pris cependant la peine de se réjouir du changement d’attitude à venir à la Maison-Blanche sur les changements climatiques. «Les paroles et les intentions du président élu Biden là-dessus sont certainement les bienvenues», a-t-il dit.

Laisser un commentaire