Premier syndicat des membres de la GRC: les représentants bientôt choisis

MONTRÉAL — La campagne électorale bat son plein pour constituer l’équipe qui dirigera le premier syndicat des membres de la Gendarmerie royale du Canada dans l’ensemble du pays.

La GRC était l’un des seuls services de police au pays dont les membres n’étaient pas syndiqués.

C’est la Cour suprême du Canada qui leur avait accordé ce droit, en 2015, en invalidant les dispositions qui les excluaient de l’application de la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique, les privant ainsi de leur droit de négocier collectivement leurs conditions de travail.

C’est finalement en juillet dernier que la «Fédération de la police nationale» a été accréditée comme syndicat pour négocier les conditions de travail de ses membres.

La Fédération de la police nationale représente donc les 18 000 membres réguliers de la GRC, ainsi que les réservistes d’un rang inférieur à celui d’inspecteur, dans tout le Canada.

Une campagne électorale a commencé, la semaine dernière, pour élire les représentants du syndicat d’ici le 24 octobre.

Quatre candidats se font la lutte pour le poste de président national, parmi lesquels le Québécois Charles Mancer, qui est également avocat. Les autres candidats sont Patrick Mehain, Brian Sauve et David Smith.

Les plus populaires