Première phase de la grève déclenchée mercredi par des syndiqués de la SÉPAQ

QUÉBEC — La première phase de la grève annoncée par les syndiqués de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) a débuté mercredi matin.

Des manifestations étaient en cours en début de journée et des piquets de grève ont été érigés.

Les débrayages de quelque 300 membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) ont lieu au Manoir Morency et au Parc des Chutes-Montmorency, au siège social de la Société des établissements de plein air du Québec, à Québec, au Camping des Voltigeurs à Drummondville, au Centre touristique du Lac-Kénogami et au Centre touristique du Lac-Simon.

À partir de samedi, les quelque 2500 employés membres du SFPQ ont prévu déclencher une grève générale dans 23 parcs nationaux de la SÉPAQ, dont les parcs nationaux du Bic, de la Gaspésie, des îles-de-Boucherville, du Mont-Mégantic et du Mont-Saint-Bruno, en plus du Gite-du-Mont-Albert à Sainte-Anne-des-Monts.

Cette deuxième phase de la grève surviendra en même temps que le début des vacances de la construction au Québec.

Mercredi matin, le président général du SFPQ, Christian Daigle, a demandé une rencontre avec le président du Conseil du Trésor Christian Dubé. Il dit vouloir parler au ministre afin d’avoir l’heure juste sur le cadre monétaire dont dispose la SÉPAQ.

La partie patronale a déposé une deuxième offre salariale, lundi soir, qui devait constituer, selon elle, une avancée sérieuse dans les négociations. La partie syndicale a répondu par une contre-offre mardi soir qui, à son tour, a été rejetée.

«On est encore loin», a résumé M. Daigle qui dit encore espérer éviter d’avoir à déclencher une grève générale.

La SÉPAQ a demandé l’intervention d’un conciliateur du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Une intervention bien accueillie par le syndicat.

Christian Daigle affirme ne pas comprendre comment la SÉPAQ peut investir une centaine de millions de dollars dans les infrastructures de ses parcs, mais ne pas pouvoir offrir de meilleures conditions de travail à ses employés.

Les syndiqués réclament une structure salariale unique à tous les employés ainsi que des augmentations de salaire qui respectent la hausse annuelle du coût de la vie. Ils demandent également un certain rattrapage pour compenser les pertes des années passées.

«On s’est appauvri en travaillant à la SÉPAQ au cours des dernières années par rapport au coût de la vie», a déclaré Christian Daigle en précisant que de nombreux travailleurs gagnent entre 13 $ et 14 $ de l’heure.

En cas de grève, la direction de la SÉPAQ devrait mettre en place un plan afin de maintenir les parcs accessibles au public. Toutefois de nombreux services ne pourront pas être fournis aux visiteurs. Les vacanciers sont invités à consulter le site Internet de leur destination afin de connaître les détails des services non disponibles.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire