Première vague de financement fédéral pour les producteurs alimentaires

Le gouvernement fédéral a commencé à soutenir financièrement les transformateurs d’aliments canadiens pour les aider à s’ajuster à la pandémie de COVID-19.

Le fonds d’urgence pour la transformation de 77,5 millions $ avait été annoncé en mai par le premier ministre Justin Trudeau. Son objectif est de permettre aux transformateurs d’aliments de s’adapter aux protocoles liés à la COVID-19, notamment en acquérant davantage d’équipement de protection pour leurs travailleurs.

Le fonds devrait en outre aider à moderniser et à rouvrir les installations de viande fermées en raison d’éclosions de cas du nouveau coronavirus.

Vendredi, la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a visité l’usine de transformation de poulet Exceldor à Saint-Bruno-de-Montarville, pour annoncer la première vague de projets financés.

«Nous jugions qu’Exceldor était un bon exemple d’usine de poulet qui a été un peu ébranlée par la COVID. Et ils recevront 262 000 $ pour fournir des équipements de protection individuelle à leurs travailleurs, des stations de lavage des mains, le type de plexiglas qu’ils installent pour séparer les travailleurs des uns des autres», a expliqué Mme Bibeau dans une entrevue avec La Presse Canadienne.

«C’est ce type d’investissement qu’ils ont probablement commencé à faire il y a un certain temps pour protéger leurs travailleurs.»

Le gouvernement a jusqu’à présent approuvé 32 projets d’une valeur de 10,5 millions $, dont près de 805 000 $ à JBS Food Canada pour son usine de transformation de viande à Brooks, en Alberta, et 1,8 million $ pour les activités d’Aliments Maple Leaf en Ontario.

Sofina Foods, qui compte 16 installations à travers le Canada, y compris l’usine de transformation de la volaille Lilydale à Calgary, recevra 995 000 $. Olymel, qui compte 10 usines au Canada, recevra près de 1,8 million $.

Cargill, qui exploite une grande usine de transformation de bœuf à High River, en Alberta, ne figure pas sur la liste initiale des projets financés.

Les responsables examinent encore d’autres candidatures et de futures annonces sont prévues au cours des prochaines semaines.

«Notre objectif est d’avoir engagé la totalité des 77,5 millions $ d’ici la fin du mois», a indiqué la ministre Bibeau.

Le secteur de l’emballage de la viande a été durement touché par la crise sanitaire.

Cargill a temporairement fermé des usines à High River et à Chambly après des éclosions de COVID-19. Olymel a également fermé son usine d’abattage et de transformation de porcs à Yamachiche, et l’usine albertaine de boeuf JBS à Brooks est temporairement passée de deux à un quart de travail par jour.

Les activités de Cargill et JBS en Alberta représentent 70 % de la production de bœuf du Canada.

Mme Bibeau a précisé qu’il y avait de la flexibilité dans la façon dont l’argent alloué est dépensé. Il peut être utilisé pour financer des changements déjà en place ou des améliorations futures.

«S’ils voulaient rester en affaires, ils devaient prendre les mesures appropriées. Certains d’entre eux ont dû fermer pendant quelques jours ou deux semaines complètes, puis ils ont pu redémarrer leurs activités de transformation à un rythme plus lent. Cela se traduisait par moins de revenus et moins de production», a expliqué Mme Bibeau.

«Ils ont vraiment pris la bonne décision parce que c’était essentiel pour tout le monde.»

Le président-directeur général d’Exceldor, René Proulx, a indiqué que l’usine coopérative, détenue par 400 éleveurs de volailles, avait déjà apporté des modifications en raison de la COVID-19, que l’argent versé par le fédéral permettra de payer.

«Malgré les nombreux défis liés à la COVID-19 au cours des derniers mois, nous sommes parvenus à rester debout pour continuer de nourrir les Canadiens», a affirmé M. Proulx dans un communiqué.

Laisser un commentaire
Les plus populaires