Près de 12 000 enfants ont été tués ou blessés en dix ans en Syrie, selon l’UNICEF

BEYROUTH — La guerre civile syrienne qui dure depuis 10 ans a tué ou blessé près de 12 000 enfants et empêché la scolarisation de millions d’autres dans une situation qui pourrait avoir des répercussions pendant des années dans le pays, a déclaré mercredi l’agence des Nations unies pour l’enfance.

Les sinistres statistiques ont été publiées dans un rapport de l’UNICEF avant le 10e anniversaire du conflit syrien qui a pris naissance à la mi-mars 2011. La guerre a tué près d’un demi-million de personnes, en a blessé plus d’un million et a déplacé la moitié de la population du pays, dont plus de cinq millions en tant que réfugiés.

Au cours de la dernière année, la situation a été aggravée par une sérieuse crise économique et financière et la propagation du coronavirus dans ce pays du Moyen-Orient, où les installations médicales ont été durement touchées par une guerre dévastatrice qui a détruit de grandes parties de la Syrie.

Le nombre signalé d’enfants présentant des symptômes de détresse psychosociale a doublé en 2020, car l’exposition continue à la violence, aux chocs et aux traumatismes a eu un impact significatif sur la santé mentale des enfants, avec des implications à court et à long terme, souligne le document.

L’UNICEF a déclaré que près de 12 000 enfants avaient été tués ou blessés au cours de la dernière décennie, selon des données vérifiées, et que plus de 5700 enfants, certains à l’âge de 7 ans, avaient été recrutés dans les combats.

Le rapport indique aussi que depuis le début du conflit, plus de 1300 établissements éducatifs et médicaux ont été l’objet d’attaques.

L’agence a déclaré que près de 2,45 millions d’enfants en Syrie et 750 000 enfants syriens de plus dans les pays voisins ne sont pas scolarisés, dont 60 % de garçons. Elle a souligné que la situation de nombreux enfants et familles reste précaire, avec près de 90 % des enfants ayant besoin d’une aide humanitaire, une augmentation de 20 % seulement dans la dernière année.

«Cela ne peut pas être simplement un autre jalon sinistre, passant dans la vision périphérique du monde alors que les enfants et les familles en Syrie continuent de se débattre», a déclaré la directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore.

Elle a ajouté que la Communauté internationale devrait faire «tous les efforts possibles pour instaurer la paix en Syrie et galvaniser le soutien à ses enfants».

Les forces du président syrien Bachar al-Assad ont pris le contrôle d’une grande partie du pays avec l’aide de leurs alliés, la Russie et l’Iran. Les insurgés contrôlent toujours une région du nord-ouest de la Syrie qui abrite plus de trois millions de personnes, dont beaucoup sont déplacées à l’intérieur du pays.

L’UNICEF a déclaré que la situation dans le nord-ouest était «alarmante», avec de nombreuses familles qui ont fui la violence à plusieurs reprises, certaines jusqu’à sept fois, à la recherche de sécurité. Elle a indiqué que les enfants ont souffert d’un autre long hiver où de nombreuses personnes vivant dans des tentes et des bâtiments inachevés ont dû affronter des intempéries, notamment des pluies torrentielles et de la neige.

Plus de 75 % «des graves violations enregistrées en 2020 se sont produites dans le nord-ouest», a déclaré l’UNICEF.

Une offensive gouvernementale soutenue par la Russie l’an dernier sur le nord-ouest a déplacé des centaines de milliers de personnes et a été stoppée par une trêve conclue entre la Russie et la Turquie, qui soutiennent les parties rivales dans le conflit.

L’UNICEF a déclaré qu’elle avait continué de fournir une aide humanitaire vitale aux enfants et aux familles en Syrie et dans les pays voisins en 2020, notamment près de 900 000 vaccinations ou immunisations contre la rougeole, et un soutien psychosocial à plus de 400 000 enfants.

L’agence a fait valoir que les organisations humanitaires avaient un besoin urgent de soutien et de financement pour fournir une assistance aux enfants syriens. L’UNICEF lance un appel de 1,4 milliard $ pour sa réponse en Syrie et dans les pays voisins pour 2021.

Par Bassem Mroue – The Associated Press

Laisser un commentaire