Prestations d’invalidité d’anciens soldats: les libéraux se défendent

OTTAWA — Le gouvernement libéral défend sa décision de prélever plus de 4,1 millions $ sur le budget de fonctionnement d’Anciens Combattants Canada à un moment où des dizaines de milliers d’anciens soldats blessés attendent des prestations d’invalidité.

Le ministre des Anciens Combattants, Lawrence MacAulay, s’est retrouvé sous le feu de la critique pour cette décision lors d’une comparution devant un comité parlementaire mardi. Il a alors indiqué que les fonds réaffectés servaient principalement à fournir une aide d’urgence aux anciens combattants et à leur famille, qui sont considérés comme particulièrement à risque.

Mais le ministre, qui a insisté pour dire que de traiter les 44 000 demandes de prestations d’anciens combattants blessés est sa priorité absolue, a ensuite éludé les questions sur les raisons pour lesquelles le gouvernement n’a pas ajouté plus d’argent pour répondre aux besoins des anciens combattants au lieu de prélever des fonds au ministère.

Ceux qui défendent les anciens combattants, y compris l’ombudsman des vétérans du Canada, ont déclaré que les longs retards provoquent du stress et de la frustration pour les anciens combattants qui souffrent déjà de blessures physiques et psychologiques.

Lawrence MacAulay a souligné les efforts déployés par le ministère pour accélérer le traitement des demandes grâce à la numérisation et à d’autres changements internes, tout en mettant l’accent sur les milliards de dollars octroyés en nouveaux avantages et en services promis aux anciens combattants au cours des dernières années.

«La vérité est que nous faisons tout pour numériser le programme et supprimer les formalités administratives», a déclaré le ministre MacAulay à La Presse canadienne. «Ce que nous voulons faire, c’est nous assurer de simplifier le processus, de le rendre plus efficace, et il y a beaucoup d’argent investi dans Anciens Combattants Canada».

Le plus haut fonctionnaire d’Anciens Combattants Canada, le général à la retraite Walter Natynczyk, a déclaré au comité que le transfert d’argent n’avait pas affecté les efforts pour éliminer le retard accumulé et a souligné le travail du ministère pour approuver les demandes plus rapidement.

Pourtant, Walter Natynczyk a reconnu qu’il n’avait pas été en mesure de suivre le nombre de demandes déposées chaque année.

Les députés conservateurs et néo-démocrates n’ont pas été impressionnés par la décision du gouvernement de prélever des ressources sur le budget de fonctionnement du ministère alors que le nombre de demandes de prestations augmente et ont demandé à voir un plan détaillé pour régler le problème.

«J’espère toujours que l’argent ira directement aux anciens combattants qui en ont désespérément besoin», a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’anciens combattants, Rachel Blaney. «Mais quand nous regardons la profondeur de l’arriéré (…) avoir ces ressources pour y remédier devrait être plus urgent à mon avis.»

Le député conservateur Phil McColeman a reproché au gouvernement et au ministère de ne pas avoir élaboré de stratégie détaillée pour éliminer l’arriéré, notamment en obtenant davantage de ressources, afin de s’assurer que les anciens combattants reçoivent les avantages et les services dont ils ont besoin en temps opportun.

Les plus populaires