Preuve de vaccin pour voyager: Trudeau prêt à une asymétrie avec les Américains

OTTAWA — Justin Trudeau assure que quoi qu’en décide Washington, son gouvernement serait prêt à réclamer une preuve de vaccin contre la COVID-19 à quiconque voudrait entrer au Canada.

Le premier ministre n’a pas voulu dire si le gouvernement américain lui a fait savoir s’il veut ou non imposer une preuve de vaccin pour traverser, éventuellement, sa frontière.

Au cours de sa conférence de presse du mardi, M. Trudeau s’est contenté de dire que le Canada discute avec ses alliés, en citant spécifiquement les Européens, qui commencent à planifier pareille règle à appliquer lorsque les voyages internationaux seront à nouveau permis.

«Évidemment, chaque pays va faire ses propres décisions. Mais nous, on est intéressé de s’aligner avec les pays qui voudraient le faire», a-t-il offert. 

«Mais je ne peux pas parler pour les États-Unis et les décisions qu’eux prendraient par rapport aux gens qui visiteraient les États», a-t-il ajouté.

Il a rappelé que jusqu’à maintenant, Ottawa et Washington se sont entendus sur les mesures prises à leur frontière commune, fermée depuis mars 2020 à tous sauf aux travailleurs essentiels et au transport de marchandises.

«Dans l’idéal, on aura des mesures semblables» des deux côtés de la frontière, a-t-il espéré.

«Mais, nous, notre responsabilité, c’est de faire tout ce qui est nécessaire pour protéger les Canadiens et nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour protéger les Canadiens, même s’il n’y a pas automatiquement une symétrie avec d’autres pays», a-t-il assuré. 

Le chef du Bloc québécois n’a pas hésité à applaudir l’intention du gouvernement canadien. 

«Le Canada a le droit de procéder unilatéralement pour l’imposition d’un passeport vaccinal» pour entrer sur son territoire, a dit Yves-François Blanchet, à un point de presse mardi matin.

Lundi, conservateurs et néo-démocrates préféraient ne pas donner leur opinion sur le sujet. Erin O’Toole tout comme Jagmeet Singh ont plutôt insisté sur la nécessité d’accélérer les campagnes de vaccination au Canada, avant de parler d’autre chose.

Jusqu’à maintenant, Washington s’est seulement prononcé contre l’imposition d’une preuve de vaccin pour les activités sur son territoire, comme l’accès à un commerce ou un événement. 

Les ministres des Affaires étrangères du G7 sont réunis cette semaine à Londres. Ils y discutent, entre autres, des règles pour les voyages internationaux.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a indiqué dans une récente entrevue avec le New York Times que les touristes en provenance des États-Unis seront autorisés à voyager sur le territoire européen aussi tôt que cet été,  à condition d’être vaccinés contre la COVID-19.

Laisser un commentaire