Prix du carbone: le fédéral demande aux banques de rendre les remises plus claires

OTTAWA — Le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a déclaré que les banques et autres institutions financières doivent revoir la façon dont elles indiquent les remises sur le prix du carbone, après qu’une autre série de paiements a été envoyée aux Canadiens sans que la provenance de l’argent soit clairement indiquée.

Les dépôts envoyés vendredi variaient de 186,25 $ pour une famille de quatre personnes en Ontario à 208 $ au Manitoba, 269,75 $ en Alberta et 275,25 $ en Saskatchewan. Les montants diffèrent parce que le prix du carbone payé varie selon les sources de combustible utilisées pour le chauffage et l’électricité.

De plus, selon l’endroit où vous effectuez vos opérations bancaires, les dépôts portaient également des appellations très différentes.

Certains ont vu des paiements avec la mention «Incitation à l’action pour le climat Canada», qui est le terme officiel que le gouvernement fédéral utilise pour décrire les remises sur le prix du carbone – et il s’agit du terme qu’il a demandé aux banques d’utiliser pour nommer le dépôt. Tous ne l’ont pas fait.

Certains Canadiens ont reçu un dépôt appelé «Canada CAI», tandis que d’autres voient un «dépôt TEF du Canada» ou un «TEF crédit Canada». Dans un cas, les destinataires voient le dépôt nommé de manière confuse «PAS d’incitation à l’action pour le climat».

«Il est d’une importance cruciale que les Canadiens, non seulement reçoivent ces remises, mais qu’ils soient clairement informés sur (les détails) de l’obtention de la remise, a déclaré le ministre Guilbeault. De cette façon, les ménages peuvent tirer le meilleur parti de leurs décisions énergétiques et de leurs remises.»

La politique libérale de tarification du carbone repose sur la conviction que les gens changeront leurs habitudes de consommation si le prix qu’ils paient pour les carburants émetteurs de gaz à effet de serre augmente.

Un «cadeau» aux conservateurs 

Les remises, que vous recevez quel que soit le prix du carbone que vous payez, ont été ajoutées pour s’assurer que des familles ne soient pas plus mal en point financièrement à cause de la politique. Mais le gouvernement n’a pas été très doué pour communiquer cela.

Ken Boessenkool, un stratège conservateur chez Sidicus Consulting qui favorise la tarification du carbone comme solution au changement climatique, a déclaré que si la tarification du carbone échoue, les libéraux n’auront qu’eux-mêmes à blâmer.

«Ils n’auraient dû épargner aucune dépense pour expliquer aux Canadiens qu’ils obtiendraient des remboursements complets pour toutes les taxes payées», a-t-il fait valoir. 

«Il ne devrait pas être surprenant qu’ils soient attaqués pour avoir augmenté les impôts, car ils n’ont pas fait grand-chose pour promouvoir le fait qu’ils ne le sont tout simplement pas. Ils ont fait aux conservateurs un cadeau important et permanent.»

Jusqu’à cette année, les remises étaient intégrées dans les déclarations de revenus annuelles. Les Canadiens à qui l’on devait un remboursement d’impôt voyaient «incitation à l’action climatique» ajoutée à leur chèque de remboursement, tandis que les Canadiens qui devaient des impôts voyaient cette incitation servir à réduire leur facture fiscale.

Le député libéral de Winnipeg, Terry Duguid, secrétaire parlementaire du ministre de l’Environnement, a déclaré que le passage aux paiements trimestriels visait à les rendre plus visibles. Mais lorsque le premier paiement n’a pas été clairement identifié en juillet, son bureau de circonscription a reçu des appels de personnes se demandant où était leur remboursement.

Le gouvernement a demandé aux banques de régler le problème cette fois-ci, et est frustré que cela ne se soit pas produit à tous les niveaux.

M. Duguid a fait savoir que le gouvernement allait faire un nouveau suivi auprès des banques.

«Ce que nous essayons de faire en tant que gouvernement, c’est d’apporter une certaine cohérence des communications à ce sujet», a-t-il déclaré dans une entrevue. 

Une porte-parole de la Banque Scotia a déclaré à La Presse Canadienne que le paiement s’appelle désormais une «incitation à l’action climatique» pour les clients qui utilisent l’application mobile, et la banque s’efforce de la mettre à jour pour toutes les plateformes.

Selon M. Duguid, les conservateurs sont des «experts en désinformation» sur la tarification du carbone. «Ils ne parlent que du prix de la pollution, ou de ce qu’ils appellent la taxe carbone, a-t-il dit. Mais ils ne parlent pas du fait qu’en fin de compte, huit familles sur dix s’en sortent mieux, elles reçoivent plus sur les paiements incitatifs pour le climat qu’elles ne paient à la pompe. Ils ne mentionnent jamais cela. Ils ne le feront jamais.»

Le chef conservateur Pierre Poilievre s’est engagé à «éliminer la taxe sur le carbone» s’il remporte les prochaines élections. Lui et son caucus martèlent le gouvernement sur son intention de tripler le prix. 

Lors de la période des questions lundi, M. Poilievre a demandé au gouvernement «d’annuler son projet de tripler la taxe».

«Les gens ne peuvent pas payer ces taxes», a-t-il déclaré.

Le «triplement» du prix du carbone, à 170 dollars la tonne contre 50 dollars la tonne, prendra effet au cours des huit prochaines années. Il grimpera le coût à 37 cents le litre d’essence en 2030, contre 11 cents actuellement, et à 33 cents le mètre cube de gaz naturel contre 10 cents.

Les remises augmentent chaque année pour suivre le rythme de la hausse du prix. En 2021-2022, un adulte célibataire a reçu 490 $ en Alberta, 500 $ en Saskatchewan, 360 $ au Manitoba et 300 $ en Ontario. En 2022-2023, les montants annuels passeront à 539 $ en Alberta, 550 $ en Saskatchewan, 416 $ au Manitoba et 373 $ en Ontario.

Des montants supplémentaires sont ajoutés pour un conjoint et pour chaque enfant du ménage.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.