Procès à Halifax: la professeure de yoga voulait refaire sa vie dans l’Ouest

HALIFAX — Vêtue d’une robe et arborant un grand sourire, Kristin Johnston, une professeure de yoga originaire de Montréal, était impatiente de commencer un nouveau chapitre de sa vie.

La jeune femme de 32 ans avait pris quelques verres avec ses amis et avec eux, elle faisait des blagues en parlant de sa séparation prochaine avec son amoureux, Nicholas Butcher.

Mme Johnston venait de fermer son studio de yoga. Elle voulait quitter Halifax pour aller plus à l’Ouest, afin de se rapprocher de sa soeur qui vivait à Tofino, en Colombie-Britannique.

Quelques heures plus tard, son corps inanimé a été retrouvé dans un lit ensanglanté de sa résidence, en périphérie de Halifax.

Nicholas Butcher, qui a eu 36 ans vendredi, est accusé du meurtre au deuxième degré de son ancienne copine. Il a plaidé non coupable.

La Couronne continuera de présenter la preuve lundi, alors que le procès entrera dans sa troisième semaine.

Selon les preuves présentées jusqu’à maintenant, Mme Johnston avait prévu faire table rase sur sa vie avant sa mort.

Kristin Johnston, dont le frère était propriétaire d’un studio de yoga à Montréal, est arrivée à Halifax en 2011 afin d’ouvrir son propre studio.

Elle a rapidement séduit sa communauté d’adoption, qui appréciait sa gentillesse et sa personnalité charismatique. Mais malgré sa passion et son travail acharné, Mme Johnston a échoué en 2016.

Après avoir fermé son studio, Mme Johnston a décidé de faire un voyage en Floride au début du mois de mars 2016 afin de voir sa famille. Elle a ensuite rejoint sa meilleure amie au Costa Rica, Jennifer Hazard.

Son amie avait l’air «exténuée» en arrivant là-bas, a témoigné Mme Hazard.

«Motivée» par sa nouvelle vie

Elles ont parlé de sa relation avec M. Butcher, et Kristin Johnston a dit qu’elle voulait rompre avec lui parce qu’elle n’était pas heureuse. À la fin du voyage, elle était très motivée à commencer une nouvelle vie en Colombie-Britannique, selon le récit de son amie.

Quand elle est retournée à la maison, Mme Johnston a été confrontée à la réalité et ne savait pas comment mettre un terme à sa relation. Elle a écrit dans un message Facebook transmis à M. Hazard qu’elle se sentait «piégée» dans sa ville.

«Je dois rompre avec Nick. Je fais ce que je peux pour ne pas être à la maison», a écrit Kristin Johnston à son amie.

Le jury formé de 14 personnes de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a appris que Nicholas Butcher habitait avec sa copine depuis peu.

Quelques jours après son retour de voyage, Mme Johnston a décidé d’aller voir des amis à un bar de Halifax. Elle leur a dit qu’elle ne voulait pas voir M. Butcher ce soir-là.

«Elle était vraiment enthousiaste, vraiment contente, a témoigné Matthew Whiston, qui était avec elle ce soir-là. Elle a dit qu’elle n’était pas heureuse dans cette relation et qu’elle n’aimait pas la façon qu’il avait de l’aimer».

La dernière soirée

Plus tard dans la soirée, Mme Johnston et son amie Lisa Abramowicz sont allées à l’appartement de leur ami Michael Belyea.

Les trois amis écoutaient de la musique, lorsque M. Belyea a entendu des pas dans l’escalier. Il dit que Mme Johnston était surprise de voir son amoureux.

Kristin Johnston et Nicholas Butcher se sont parlé à l’extérieur. Mme Johnston est revenue un peu plus tard pour leur dire qu’elle avait rompu avec lui.

M. Belyea — qui dit avoir eu une relation intime avec Mme Johnston en 2009 — a raconté que ce soir-là, ils s’étaient embrassés. Il a ensuite entendu des pas dans la cuisine. Il croyait que c’était Lisa Abramowicz qui avait oublié quelque chose. Il a finalement senti quelqu’un pousser son épaule. C’était M. Butcher.

«Il lui a dit quelque chose du genre: « Qu’est-ce que tu fais? » ou « Pourquoi fais-tu cela? »», a relaté M. Belyea, un charpentier et musicien de 41 ans.

«Je me souviens qu’elle a répondu: « C’est ici que je veux être ».»

Il a finalement décidé de leur laisser un peu d’espace en allant se promener. Quand il est retourné, le couple n’y était pas.

Environ trois heures plus tard, Mme Johnston a été retrouvée morte dans sa maison de Purcells Cove.

La police s’était rendue sur les lieux après que Nicholas Butcher eut signalé le 911 pour leur dire qu’il avait tué sa copine et qu’il avait tenté de se suicider. Il leur a dit qu’il s’était amputé la main.

«J’ai besoin d’aide. Je saigne à mort», a-t-il dit, selon l’enregistrement qui a été diffusé la semaine dernière.