Procès pour corruption en Ontario: la défense demande l’acquittement immédiat

SUDBURY, Ont. — Les avocats de la défense au procès de deux anciens organisateurs du Parti libéral de l’Ontario accusés de corruption demanderont au juge de prononcer un acquittement, avant même d’entendre leurs témoins, car la Couronne n’aurait pas réussi à prouver le bien-fondé de sa cause.

Pat Sorbara, qui était en 2015 chef de cabinet adjointe de la première ministre Kathleen Wynne et directrice de campagne pour les libéraux, ainsi que Gerry Lougheed, organisateur libéral à Sudbury, ont plaidé non coupable à une accusation de corruption, portée en vertu de la Loi électorale. Ils sont accusés d’avoir promis une nomination au candidat d’abord pressenti dans Sudbury pour l’élection complémentaire en 2015, afin qu’il s’écarte au profit d’un autre candidat.

Mme Sorbara est aussi accusée d’avoir promis des faveurs au député fédéral néo-démocrate Glenn Thibeault pour qu’il soit candidat libéral lors de cette élection provinciale. M. Thibeault était le favori de la première ministre Wynne, qui tenait beaucoup à reprendre Sudbury, tombée aux mains des néo-démocrates au scrutin général de 2014 après 20 ans de règne libéral.

M. Thibeault a été le dernier témoin de la Couronne, mardi. La défense a indiqué mercredi qu’elle demandera au juge, le 10 octobre, de prononcer un «verdict imposé» — avant même que la défense ne présente sa preuve. La défense soutient que le dossier de la Couronne est déjà suffisamment faible pour que le juge prononce l’acquittement à ce stade-ci des procédures.

Glenn Thibeault, aujourd’hui ministre de l’Énergie dans le cabinet Wynne, a soutenu mardi qu’avant de devenir officiellement le candidat libéral, il avait effectivement discuté avec Mme Sorbara d’un remplacement de revenu pour lui-même, et du versement d’un salaire à deux membres de son personnel de circonscription pendant la campagne. Mais il a soutenu qu’aucune entente n’avait été conclue au moment de ces discussions.

M. Thibeault a aussi indiqué qu’il avait reçu effectivement 3500 $ en remplacement de revenu — il s’inquiétait des traites sur sa maison et sa voiture une fois parti d’Ottawa —, et qu’il avait demandé un salaire pour deux adjoints. Mme Sorbara lui aurait dit que cela était faisable — on l’avait même déjà fait par le passé.

M. Thibeault a toutefois soutenu que le revenu de remplacement et le salaire aux adjoints avaient été versés en janvier 2015, soit des semaines après sa nomination à titre de candidat libéral dans Sudbury.

La Couronne soutient que Glenn Thibeault avait posé trois conditions pour faire le saut chez les libéraux provinciaux: un remplacement de revenu, un salaire pour deux adjoints, et l’appui plein et entier du parti.