Procès Raymond: le psychiatre expert de la défense poursuit son témoignage

FREDERICTON — Un psychiatre qui avait diagnostiqué la schizophrénie chez Matthew Raymond, l’auteur de la tuerie de Fredericton, s’est attristé, jeudi, que quatre personnes aient perdu la vie à cause des actes d’un homme «dérangé».

Le docteur Julian Gojer a témoigné pour la deuxième journée au procès, jeudi.

Matthew Raymond, âgé de 50 ans, est accusé du meurtre au premier degré de Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright, puis des policiers municipaux Robb Costello et Sara Burns, les premiers arrivés sur les lieux de la tuerie, le 10 août 2018 à Fredericton.

La défense a déjà admis que c’est l’accusé qui avait tiré; elle essaie de convaincre les jurés que Matthew Raymond devrait être déclaré non criminellement responsable parce qu’un trouble mental l’a rendu incapable de juger que ses actes étaient mauvais, comme le prévoit la loi. M. Raymond a soutenu au procès qu’il croyait que ses victimes étaient des démons qui venaient le tuer et que la «fin du monde» arrivait.

Le docteur Gojer a raconté jeudi que M. Raymond avait des délires bizarres sur la religion et sur sa faculté à identifier les gens comme des démons.

Le psychiatre a indiqué aux jurés qu’en 2018, il avait observé que l’accusé devenait de plus en plus psychotique et qu’il était passé dans un état second.

Laisser un commentaire