Prochain chef du PLQ: Marie Montpetit renonce et appuie Dominique Anglade

QUÉBEC — Même si près d’une année complète s’est écoulée depuis la défaite cinglante du Parti libéral du Québec (PLQ) lors du dernier scrutin, on ne se bouscule toujours pas au portillon pour succéder à Philippe Couillard.

À ce jour, on compte une seule candidature officielle au leadership libéral, celle de la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade.

Pendant ce temps, la liste des personnes ayant montré de l’intérêt pour le poste, mais qui se sont finalement désisté après une période de réflexion, ne cesse de s’allonger.

Mardi, c’était au tour de la députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit, d’inscrire son nom au bas de la liste.

En juin, en entrevue à La Presse canadienne, Mme Montpetit se disait pourtant très intéressée à devenir chef du PLQ et affirmait être très sollicitée par la base militante du parti dans différentes régions.

Elle disait alors vouloir donner un virage nationaliste au parti, en vue de reconquérir les électeurs francophones, qui a échappé au PLQ en octobre 2018, en subissant la pire défaite de son histoire ne récoltant plus l’appui que de 10 pour cent du vote francophone.

L’ex-ministre de la Culture disait alors être convaincue que son parti devait redevenir celui qui se porte à la défense des intérêts du Québec sur la scène fédérale, qui affirme avec vigueur le statut de la langue française, tout en incarnant le nationalisme économique et culturel.

Après réflexion durant tout l’été, en conférence de presse, elle a mesuré ses appuis et a dit mardi en être venue à la conclusion «que la chefferie n’était pas un défi que je désirais relever durant les prochains mois».

Elle est désormais d’avis que sa collègue Dominique Anglade saura mieux qu’elle insuffler «un vent de renouveau au sein de notre parti».

Avec l’ajout de Mme Montpetit dans son équipe, Mme Anglade peut donc désormais compter sur l’appui de 8 députés du caucus libéral, les autres étant Carlos Leitao, Hélène David, Kathleen Weil, Monique Sauvé, David Birnbaum, Saul Polo et Frantz Benjamin.

On s’attend à ce que la députée de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, annonce elle aussi sa candidature à l’automne. Sa candidature évitera au moins au parti de composer avec le pire des scénarios, soit un couronnement.

Le député de La Pinière, Gaétan Barrette, se dit toujours en réflexion, mais admet que les appuis se font attendre.

À l’extérieur des rangs du caucus libéral, personne n’a levé la main pour exprimer son intérêt, jusqu’à maintenant.

Le lancement officiel de la course au leadership sera fait à Sherbrooke en novembre.

Le prochain chef du PLQ sera élu en mai 2020.