Projet de l’Université de l’Ontario français: premiers entretiens ministériels

OTTAWA — La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, et la ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney, ont eu jeudi une première conversation sur le financement du projet de l’Université de l’Ontario français (UOF). 

Le média d’information ontarien ONFR ajoute que le ministre ontarien de la Formation, des Collèges et Universités, Ross Romano, s’est joint à cette conversation téléphonique, mais qu’aucune avancée concrète n’a été annoncée.

La crise à propos du projet de l’Université de l’Ontario français a éclaté l’automne dernier. Le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario a alors annoncé que le projet promis par le gouvernement libéral précédent serait mis au rancart jusqu’à nouvel ordre, pour des raisons budgétaires.

Les Franco-Ontariens ont réagi avec colère. Quelques semaines plus tard, la députée de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, a claqué la porte avec fracas du caucus progressiste-conservateur; elle siège depuis comme indépendante à l’Assemblée législative de l’Ontario.

Matthew Conway, le directeur des Affaires francophones de la ministre Mulroney, a affirmé à ONFR que le ton de la conversation avec la ministre Joly avait été très cordial et bénéfique aux deux parties. Il a qualifié l’échange de contact pour amorcer les discussions.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement du Canada se dit ouvert à financer une partie des coûts de démarrage du projet de l’Université de l’Ontario français. En juin dernier, la ministre Mulroney avait finalement ouvert la porte à des discussions.

La ministre Joly affirme qu’il est important pour son gouvernement que le projet se réalise. Elle a dit avoir rappelé aux ministres Mulroney et Romano qu’Ottawa était prêt à fournir la moitié du financement, tout en exigeant un engagement financier clair de la part du gouvernement de l’Ontario.

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, croit que ces entretiens entre les ministres sont un pas important.

 

Les plus populaires