Protéines végétales: la ministre Catherine McKenna est d’accord

OTTAWA — La recommandation de combattre les changements climatiques en consommant davantage de protéines végétales et moins de viande correspond parfaitement à la nouvelle version du guide alimentaire canadien, croit la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies a publié jeudi un rapport qui examine l’utilisation de la terre et les changements climatiques.

Il conclut notamment que le secteur agricole doit apporter des changements importants pour réduire les émissions polluantes, notamment en cultivant davantage de protéines végétales puisque les plantes ont besoin de moins de terre pour croître et qu’elles produisent moins d’émissions.

En janvier dernier, Ottawa a dévoilé la nouvelle version du guide alimentaire canadien, qui recommande aussi aux Canadiens de consommer davantage de protéines végétales, qui fournissent plus de fibres et moins de gras saturé.

Mme McKenna n’a pas voulu dire si ces changements alimentaires au bénéfice du climat risquent d’aliéner encore davantage des provinces comme l’Alberta, où la réduction de l’utilisation des combustibles fossiles pour combattre les changements climatiques a un impact marqué.

Les prairies canadiennes sont un producteur important de protéines animales. L’Alberta accueille plus de 40 pour cent du cheptel canadien de bovins.