PSPP contre GND dans Gouin? Le PQ est devant un dilemme, selon Lisée

MONTRÉAL – Se dirige-t-on vers un duel dans la complémentaire de Gouin entre Gabriel Nadeau-Dubois pour Québec solidaire et Paul Saint-Pierre-Plamondon pour le Parti québécois?

Le PQ a fait un sondage à l’interne pour tester la popularité de PSPP dans la circonscription, mais il est devant un «dilemme», selon son chef Jean-François Lisée, qui a dit mercredi ne pas tenir autant à ravir Gouin, étonnamment, au nom de la convergence des forces souverainistes.

«Si on le désirait, on pourrait la reprendre, on serait compétitifs dans Gouin», a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse, mercredi, au terme du caucus de ses députés à Montréal.

«La question qu’on se pose: est-ce qu’on le désire dans un cadre plus général de la convergence, où on a une élection générale dans 19 mois et où on veut additionner nos forces avec Québec solidaire? Est-ce qu’on doit poser ce geste maintenant? La réponse, aujourd’hui, nous ne l’avons pas.»

Rappelons que la circonscription montréalaise est vacante depuis la démission en janvier de la députée Françoise David, de QS.

Non seulement le parti de gauche entend bien présenter un candidat dans cette circonscription ravie au PQ en 2012, mais il a même appelé les péquistes à présenter un adversaire, en dépit des discussions sur la convergence souverainiste.

Gabriel Nadeau-Dubois, qui a été pressenti, doit faire connaître sa décision plus tard en février, alors que le PQ teste M. Saint-Pierre-Plamondon, ancien candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau, et maintenant conseiller spécial de M. Lisée.

Le chef péquiste a dit que son conseiller pourrait «probablement» faire un bon candidat, mais il n’est pas le seul, a-t-il ajouté, puisque plusieurs personnes ont sollicité le parti pour porter sa bannière dans Gouin.

M. Lisée a reconnu que les avis sont partagés autant dans son caucus que dans l’exécutif du parti, avec de bons arguments de part et d’autre.

«C’est un beau dilemme que nous avons mais que nous n’avons pas tranché aujourd’hui», a-t-il résumé.

Il a fait savoir qu’il était «important d’envoyer des signaux d’ouverture, de ne pas avoir l’air de se chamailler entre souverainistes».

Chose sûre, le PQ fera connaître sa décision avant que M. Nadeau-Dubois ne finisse sa réflexion, a assuré M. Lisée.

Le premier ministre Philippe Couillard a six mois pour annoncer le déclenchement de la complémentaire dans Gouin.